Les derniers chiffres du CIM démontrent que les investissements et efforts des rédactions portent leurs fruits.

Les chiffres d’audience publiés par le CIM sont toujours très attendus par les groupes de presse, leurs lecteurs et le marché publicitaire. Du côté du groupe IPM (La Libre Belgique et La DH Les Sports), il y a tout lieu de se réjouir, même si Denis Pierrard, directeur des rédactions, tient à analyser les performances avec le plus grand réalisme. "La Dernière Heure Les Sports progresse de 24 % et La Libre Belgique de 35 %. Si on s’arrête à ces chiffres, on peut penser que notre progression est énorme. Dans les faits, elle est réelle, mais elle doit être nuancée au regard de la méthodologie appliquée à ces calculs. Auparavant, la mesure d’audience ne se faisait qu’en face-à-face, sur base déclarative. Dorénavant, elle se fait pour 75 % de cette manière, et pour 25 % via des enquêtes online. Cette façon d’opérer permet de toucher un échantillon plus représentatif du marché réel. De la sorte, c’est une forme de correction naturelle de l’audience qui s’est opérée."

Si bien qu’aujourd’hui, mieux qu’hier, les chiffres du CIM sont le reflet le plus fidèle du lectorat francophone. "Mais il n’empêche que ce sont avant tout nos efforts qui sont récompensés. Il faut d’ailleurs souligner le travail des rédactions et de l’ensemble du personnel pour fournir l’information de la plus grande qualité, tant sur le web que dans nos versions papier et digitale."

En termes d’audience, la marque DH touche chaque jour 609 926 lecteurs et surfeurs (contre 478 841 en 2018). Et, chaque mois, ce sont même 1 560 070 francophones différents qui entrent en contact avec La DH Les Sports, que ce soit sur le web, via les PDF, les éditions digitales ou le journal papier. "Nous sommes bien évidemment ravis de ces chiffres, qui prouvent que nous faisons un travail toujours plus apprécié par nos lecteurs et surfeurs. Notre progression sur le web est d’ailleurs fulgurante et nous mettons tout en œuvre pour alimenter nos sites d’information en continu, afin de répondre aux nouveaux besoins de consommation de l’information", poursuit Denis Pierrard.

La presse francophone, dans son ensemble, affiche d’ailleurs une belle progression, preuve que son lectorat ne faiblit pas. Les journalistes de La Dernière Heure partagent bien évidemment cet enthousiasme, signe de reconnaissance de leur travail.