Alors que Gand s’apprête à célébrer Jan Van Eyck en grande pompe, l’Irpa propose une visite virtuelle au cœur des tableaux du grand Primitif flamand. Voyage fascinant.

Quand la technologie de pointe se met au service de l’art ancien pour en révéler tous les secrets et techniques. Nous l’avions déjà vécu avec Brueghel en 2019. Et en 2020, c’est au tour de Jan Van Eyck de bénéficier du même traitement. Nous avons déjà évoqué en ces pages la grande fête que Gand a concoctée pour mettre en avant son artiste phare.

Bruxelles ne pouvait pas rester en retrait et, avant la grande expo "Facing Jan Van Eyck. The Miracle of the Detail", prévue à partir de septembre à Bozar, c’est l’Institut royal du patrimoine artistique (Irpa) qui, grâce au projet VERONA (Van Eyck Research in OpeN Access) crée l’événement en ce début d’année en proposant l’œuvre picturale complète et les miniatures uniques de Jan Van Eyck à découvrir en ligne en haute résolution.

Récompensé du prix Europa Nostra 2019 pour la Recherche, ce projet VERONA regroupe des photos et des images scientifiques de différents chefs-d’œuvre du Primitif flamand (1390 env.-1441) ainsi que des miniatures tirées des Heures de Turin-Milan, à découvrir en accès livre sur le site Closer to Van Eyck. Grâce à la toute nouvelle visionneuse avec fonction zoom optimalisée, aucun détail ne passera plus inaperçu.

Les tableaux sont documentés à l’aide de la macrophotographie (lumière normale, rasante, infrarouge et fluorescence UV) ainsi que, dans certains cas, de la radiographie et de la macro-XRF.

On y trouve donc des macrophotos des 28 folios contenant des miniatures tirées des Heures de Turin-Milan (Palazzo Madama). Les folios partiellement brûlés en 1904, conservés à la Biblioteca Nazionale Universitaria di Torino, sont eux aussi visibles pour la première fois en couleur. Ils ont été photographiés en collaboration avec l’équipe de l’Irpa et l’ASBL Musea Brugge/Kenniscentrum. Vous pourrez désormais également examiner avec minutie les nouvelles photos de chefs-d’œuvre tels que le Portrait des époux Arnolfini et l’Autoportrait - présumé - tous deux exposés à Londres (National Gallery), Les stigmates de saint François exposé à Turin, La Crucifixion exposé à Venise, deux panneaux de retable de New York et une série d’œuvres moins connues de l’école de Van Eyck, soit 30 tableaux à décortiquer dans les moindres détails.

Le visiteur peut dorénavant utiliser une visionneuse totalement modernisée qui permet de zoomer de manière progressive. Il trouvera également des options de configuration plus nombreuses pour classer les photos, une aide pour écrans tactiles et des menus plus conviviaux. Enfin, les miniatures peuvent être soigneusement comparées aux plus grands tableaux grâce à la fonction permettant de visionner des images de différentes échelles à une dimension comparable.