Poochy et Yoshi, un jeu vraiment coton

Poochy et Yoshi, un jeu vraiment coton

Après une aventure des plus sympathiques sur Wii U en 2015, le dino-draco se voit porté sur Nintendo 3DS. Et transcendé, qui plus est !

Et un portage, un ! Nintendo a le chic pour construire des ponts entre ses consoles, sur lesquelles retrouver les mêmes univers. Au programme, en cette mi-février ? La transposition de Yoshi’s Woolly World, une petite pépite laineuse parue sur Wii U qui nous avait tapé dans l’œil de par sa maîtrise du gameplay de plate-forme 2D typique Nintendo, et de sa patte graphique cotonneuse, douce, mais colorée et dynamique. Porté sur Nintendo 3DS, la portable reine de Big N, la promesse est-elle toujours tenue ? Oui, cent fois oui. Et même plus !

Adorable et coloré

Primo, l’intégralité du contenu du jeu Wii U est ici portée (six mondes composés de huit stades chacun, où libérer les Yoshi). Cela pourrait sembler une évidence, mais l’histoire nous a appris à être méfiants de ce côté-là…

On retrouve donc de level-design adorable et magnifiquement coloré, ces musiques minimalistes mais terriblement efficaces au banjo ou à la flûte, et ce côté puzzle-game plus développé qu’on ne le pense au premier abord. Sur le plan du rendu visuel, le jeu est magnifique, même s’il ne peut rendre toute la palette de détails qu’était capable d’afficher la Wii U. La 3D ne fait qu’ajouter un poil de profondeur à l’ensemble, qui bâcle, une fois de plus sur 3DS, l’aspect tactile du titre.

Côté mécanique de jeu, en gros, dans chaque niveau, il faudra que notre dino-dragon préféré gobe de sa super langue les ennemis emblématiques de l’univers de Mario (les Koopa, les plantes Piranha, les Cheep Cheep,…)pour mieux les recracher sous forme de pelotes de laine. Ces dernières peuvent ensuite être utilisées comme des projectiles qui sont très utiles pour révéler des zones secrètes ou tout simplement viser d’autres ennemis.

Au-delà de ça, il y a bien sûr des nouveautés, pas essentielles, mais pas désagréables. La première, qui transpire du titre, est la mise en évidence de Poochy. Relégué au rang de vulgaire monture dans l’opus de référence, le canidé reçoit ici son propre mode de jeu : un runner (jeu où le personnage court non-stop) en plusieurs niveaux, pour collecter un maximum de gemmes tout en accomplissant divers objectifs. Ajoutez-y le cinéma des Yoshis, les bonus augmentant pas mal la rejouabilité et les multiples possibilités de personnalisation du héros principal, et vous obtenez un jeu 3DS pas loin d’être indispensable pour celui qui n’a pas mis la main sur la version originale Wii U.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be