Jeux vidéo Quels sont les critères à prendre en compte ? On vous dit tout

Tout gamer averti pourra cosigner : pas d’expérience vidéoludique parfaitement immersive sans matériel adéquat ! Ce qui veut dire, en vrac : un PC bien achalandé ou une console récente, un afficheur (écran) confortable, si possible 4K/UHD et pourvu d’un temps de réponse très court, une connexion Internet si possible câblée, en tout cas véloce, mais aussi des contrôleurs (manettes, clavier, souris) précis et ergonomiques. Bien. Attendez, il manque un truc, là : le casque-micro, pardi ! Maillon de la chaîne vidéoludique devenu indispensable depuis l’essor du multijoueur en ligne, le casque gamer ne se choisit pas à la légère. Il réclame une réponse à des critères précis, et se sélectionne dans un secteur où l’offre pullule, de 25 à 400 €.

Le format

Deux écoles, avec un net avantage pour la première : le casque circum-aural vs l’intra-auriculaire. Le circum-aural (avec un arceau passant sur le haut de votre crâne et des mousses encerclant toute l’oreille) est plus confortable et immersif que l’intra, mais également moins facile à déplacer que le circum-aural, même si de plus en plus d’entre eux sont aujourd’hui pliables et fournis avec un étui de transport.

La qualité audio

Elle devrait être la priorité. Elle est malheureusement souvent battue par le design… En gros, veillez aux caractéristiques de votre casque. La réponse de fréquence devrait être idéalement comprise en 20 et 20.000 Hz. Veillez également à la sensibilité et l’impédance dudit casque. Enfin, sachez que de nombreux casques sont aujourd’hui capables d’émuler un son surround (5.1 ou 7.1). C’est un plus, qui permet de simuler la spatialisation sonore, vous faisant croire que le son vient de derrière, par exemple. Pas anodin sur des FPS, en mode multi… Qui plus est, cette fonctionnalité pourra aussi être utilisée avec des films ou séries ainsi encodées.

Le micro

De préférence rétractable, il doit selon nous disposer de deux caractéristiques : un réducteur de bruit, ainsi qu’un micro unidirectionnel si possible. Histoire de ne pas perturber votre team ou les joueurs avec lesquels vous échangez par la pollution sonore qui vous entoure, ce qui brouillera la partie.

Avec ou sans fil

Le marché a beaucoup progressé dernièrement sur la qualité des produits sans-fil. La latence a été détruite ou réduite à peau de chagrin et les batteries intégrées dans le casque tiennent le coup minimum 6 heures. Certaines sont remplaçables à chaud et, bien entendu, vous pouvez toujours relier le casque en analogique ou en USB en cas de panne de batterie. Casque sans-fil, donc : cent fois oui, mais attention, l’ardoise est systématiquement plus salée…

Les marques

Pas de religion. Il y a du bon, de l’excellent et du mauvais dans toutes les écuries. Qu’il s’agisse de Steelseries (casque Syberia), Logitech (gamme G), Sennheiser (G4me One), Asus, Plantronics, Razer, Creative Audio, Turtle Beach, Audio Technica, Tritton, HyperX, Ozone, Roccat, etc.

Les fonctionnalités

L’affichage LED paramétrable, les boutons physiques réglables, le design, la gestion des appels, la présence d’un support de pose, le paramétrage des égaliseurs ou mixeurs, etc., sont des fonctions qui peuvent répondre à certains de vos besoins. Épluchez les fiches techniques !

Le confort

Cela, en revanche, c’est primordial ! Un casque-micro est parfois maintenu de longues heures sur nos caboches. Veillez à ce qu’il comporte une structure de matériaux légère, respirante (si possible alvéolée). De nombreux produits proposent des coussinets très larges apportant confort et isolation. Il faut également vérifier le confort de l’arceau, qui doit répartir de façon correcte le poids du casque. N’hésitez pas à coiffer le casque en magasin avant de passer à la caisse.