Timides en Occident, les jeux de méchas ont toujours eu du mal à se faire une place hors du Soleil-Levant.

Annoncé lors d’un Nintendo Direct, Daemon X Machina avait réussi à surprendre et à donner envie à une bonne partie des joueurs. Avec sa direction artistique intéressante, le jeu de méchas faisait rêver autant qu’il effrayait. En rejoignant le catalogue éclectique de la Switch, le titre promettait monts et merveilles avec la présence d’un casting à couper le souffle. Les noms des développeurs impressionnaient et laissaient présager un excellent jeu. Malheureusement, le constat manette en main est décevant et ne réussira pas à convaincre tout le monde.

À la présentation des enjeux de l’histoire, le joueur comprendra instantanément que le speech remplit le service minimum. Les lignes de dialogues piètrement animées ne relèveront absolument pas le niveau. L’histoire se montre soporifique et ne possède aucun intérêt pour quiconque désire un scénario relevé. Même s’il est possible d’admettre que la nécessité d’obtenir une bonne narration est discutable sur un jeu de gros robots, l’absence conséquente d’effort reste préjudiciable à l’enrobage.

Justement, au cœur du jeu, le gameplay des robots et le contenu lui-même nagent entre deux eaux sans jamais savoir qui satisfaire. Car aussi bien les néophytes que les vétérans du genre ne seront jamais pleinement convaincus tant Daemon X Machina ne parvient pas à prendre le postulat de convaincre une catégorie de joueur plus qu’une autre. Le titre vogue alors entre une prise en main molle dans ses gunfights et un pilotage de robot dynamique et plaisant, ou encore entre un contenu conséquent pour les fans, mais mal expliqué aux nouveaux venus. Quant aux missions proposées, elles se succèdent et se ressemblent beaucoup trop, ce qui procure un sentiment de lassitude.

Même si les graphismes très moyens peuvent décevoir, la réussite du design des robots est indiscutable. La possibilité de façonner son robot à foison est un gros plus au bonheur de la customisation. Obtenir un monstre de métal armé à outrance devient un réel plaisir à assouvir entre les missions. En pleine action, quelques ralentissements viennent ternir le tout, ce qui rajoute une ombre au tableau…

En voulant proposer un jeu à destination des fans de méchas tout en s’ouvrant au plus grand nombre, le studio s’est emmêlé les pieds dans le tapis. Sans être un mauvais jeu, Daemon X Machina risquera de rapidement ennuyer les fans tout en frustrant les nouveaux venus. Malgré tout plaisant sur plusieurs points dans ce qu’elle propose, l’aventure d’une trentaine d’heures pourra réussir à convaincre quelques résistants en manque de leur dose de robot.