Point d’Assassin’s Creed en 2016, mais bien un deuxième opus de la saga de hacking en monde ouvert d’Ubisoft. Qui se prend moins au sérieux et, du coup, rafraîchit ! watch dogs 2 (ubisoft) dispo sur ps4 et xbox one, sortie sur pc le 29/11

Lors de la sortie du premier opus de Watch Dogs, de nombreux joueurs avaient été déçus par le jeu. Trop vide, trop court, sans réelle difficulté et surtout usant trop peu des nombreuses possibilités offertes par le thème (les hackeurs et les nouvelles technologies), le jeu avait été sauvé par un scénario prenant, mettant en scène Aiden Pearce, un hackeur à Chicago. Deux ans après la sortie de ce premier Watch Dogs, Ubisoft revient donc à la charge.

Aiden Out, Marcus In

Adieu Aiden Pearce, Chicago et l’ambiance sombre du premier numéro, bonjour Marcus Holloway, le soleil de San Francisco et les aventures plus que décalées des acolytes de Marcus, la bande de hackeurs DedSec. Le scénario se veut plus léger, plus basique peut-être. DedSec veut faire tomber le CtOS, sorte d’intelligence artificielle toute puissante qui profite des données personnelles qu’elle récolte à des fins commerciales et politiques. Une belle métaphore de la société technologique actuelle. D’ailleurs, les références aux grandes entreprises américaines numériques sont légion dans Watch Dogs 2. Du smartphone de Marcus, comprenant plusieurs applications qui rappelleront certainement au joueur le contenu de son propre téléphone au campus technologique de la Silicon Valley, les références incessantes (jusqu’à la carte du jeu, qui s’inspire très fortement de Google Maps) de Watch Dogs 2 favorisent l’immersion du joueur et c’est une franche réussite.

Si Marcus est le héros de cet épisode, celui-ci est entouré d’une ribambelle de personnages secondaires tous plus attachants les uns que les autres. Si certains sont caricaturaux, d’autres sont de véritables perles dont l’histoire, espérons-le, sera développée dans un éventuel prochain opus.

Pas de quoi s’ennuyer

La combinaison d’une immersion réussie, de personnages attachants et d’un San Francisco plus vrai que nature vous donnera envie de passer des heures sur ce jeu, d’autant qu’il n’y a pas de quoi s’ennuyer. Si la quête principale est relativement courte, les innombrables quêtes secondaires et autres missions vous permettant de gagner de l’argent et des followers (qui vous permettront de développer certaines de vos capacités) vous tiendront accroché au jeu pendant de très nombreuses heures. San Francisco a été fidèlement retranscrit. Ce qui choque le plus lorsqu’on s’y promène, c’est son côté vivant. Il ne se passe pas cinq minutes sans qu’il s’y déroule quelque chose. C’est donc un plaisir de se balader et d’assister à un vol de téléphone, une drague complètement ratée ou encore d’entendre une blague bidon racontée par un passant à un autre. La ville transpire de réalisme, une véritable prouesse de la part d’Ubisoft.

Watch Dogs 2 a donc clairement réussi son pari, celui de développer l’utilisation des nouvelles technologies (drones, smartphones, satellites) au service d’un scénario divertissant à souhait, tout en proposant un terrain de jeu suffisamment grand et vivant pour s’y perdre, même hors mission. Le multijoueur, qui a souffert de quelques instabilités lors de la sortie du jeu, permet également d’améliorer l’interactivité en s’immisçant dans la partie d’un ami pour l’aider ou pour lui mettre des bâtons dans les roues. Une véritable bonne pioche qu’on conseille aisément !