Jeux vidéo Jump Force se veut être le rassemblement ultime des personnages emblématiques du magazine de shonen japonais: Jump.

Avant de se focaliser sur l’horreur, il est toujours de bon ton de mettre en avant les qualités d’un titre. Jump Force, loin d’être un navet fini, possède quelques points positifs. La possibilité de choisir parmi une pléthore de combattants est un luxe à faire succomber les fans de manga. En passant de Naruto à Goku jusqu’à JoJo’s Bizarre Adventure, les choix des personnages sont vastes et variés. Le design semi-réaliste appliqué aux héros ne sied guère à la majorité même si quelques exceptions existent. Par conséquent, l’ensemble visuel vaque entre réussite et ratage complet. Le plaisir ultime d’observer les personnages utiliser leur technique compose probablement la force du jeu. Chaque attaque ultime raisonnera comme la récompense finale d’un combat douloureux et répétitif. Fidèle aux personnages, Jump Force sait comment mettre en avant l’atout puissance de ces derniers. Quant aux doublages, tous les seiyū japonais ont répondu présents pour donner de la voix.

Outrepassé ces plaisirs bien éphémères, la réalité rattrape le joueur très rapidement. Après un orbe des démons et un Genkidama bien placé, l’euphorie s’estompe pour laisser place à un ennui abyssal. Les combos sont quasiment inexistants. S’enchaîne alors l’impression inexorable d’appuyer inutilement et incessamment sur les mêmes touches. Pour ne rien arranger, les multiples temps de chargement viennent renforcer un sentiment d’agacement général.

Le scénario d’un vide intersidéral ne sert que de prétexte afin de réunir les différents mangas dans un même univers. Bien que fidèle à la personnalité des héros, l’écriture force le trait jusqu’à stéréotyper à l’extrême des comportements déjà clichés à la base. Comme pour enfoncer définitivement le clou, l’animation des scènes de remplissage est exécrablement mauvaise. L’OST ne sauve pas les meubles et au contraire rajoute une pierre à l’édifice de la médiocrité.

Jump Force pourra animer une ou deux soirées entre amis et créer un moment convivial pour les fans de manga. Parfait, c’est tout juste le temps nécessaire pour saliver devant nos attaques préférées avant de remettre le jeu à sa place à côté de ceux ni spécialement bons, ni horriblement mauvais. Si dans un sursaut de classe, le jeu réussit à procurer du plaisir au moment des attaques ultimes, c’est car le fan service constitue un des seuls éléments réussis de l’expérience.

Jump Force est disponible sur PC, PS4 et Xbox One.