PS4 Slim et Pro chez PlayStation, Xbox One S et Scorpio chez Microsoft, Nintendo NX… La guerre des consoles se rééquilibre.

Les communicants de chez Sony PlayStation ont, sans doute, mercredi soir, manqué d’un peu de flair. Annoncer deux nouvelles consoles à New York alors que, un chouïa plus tôt, à 4.200 kilomètres de là, Apple s’octroyait tous les regards en présentant son nouvel iPhone 7, c’est soit une boulette d’agenda soit une stratégie qui témoigne d’un petit manque de confiance du géant japonais en ses nouvelles machines…

le contexte a pourtant jusqu’ici été ultrafavorable à Sony : sortie fin 2013, la PS4 a étrillé sa rivale Xbox One, signée Microsoft.

La première s’est écoulée à plus de 43 millions d’exemplaires. La seconde, selon les estimations les plus optimistes (tirées des volumes de consoles expédiées aux revendeurs, non des ventes directes au consommateur final, que Microsoft ne communique pas), à 25 millions d’unités. Il n’y a jamais vraiment eu match, alors que Xbox 360 et PS3 ont autant performé l’une que l’autre jadis…

Mais alors que les deux plateformes sont à mi-carrière, le basculement est loin d’être impossible. Parce que Microsoft prépare du lourd, alors que Sony a plutôt ronronné lors de son PlayStation Meeting de ce 7 septembre.

Y ont été annoncées : deux consoles. Ou plutôt, deux mises à jour de l’actuelle PS4. La première, la PS4 Slim, mise sur une plus grande compacité, puisqu’elle est 30 % moins volumineuse. Elle se dote, par ailleurs, d’un disque dur intégré à la capacité revue à la hausse, d’1 To (1.000 Go) à la place de 500 Go.

Elle vient se confronter à la fraîchement parue Xbox One S, qui remplace, elle, le premier modèle de Microsoft. La PS4 Slim sera disponible dès le 15 septembre, au prix de 299 €. Elle ne présente aucun atout pour l’actuel possesseur de PS4. Sauf si son disque dur est saturé et qu’il cherche la compacité à tout prix. Sa rivale frontale, la Xbox One S, elle, inclut, au même tarif, un lecteur Blu-Ray 4K, sur lequel la PS4 Slim fait l’impasse. Le duel sera chaud.

Pour les gamers, toutefois, la PS4 Slim n’est qu’un hors-d’œuvre. Le plat principal, c’est la PS4 Pro - nom de code Neo. Il s’agit de la console qui doit faire entrer la PS4 dans l’ère de l’Ultra-Haute Définition/4K (pour peu de disposer d’un écran compatible). Et de la réalité virtuelle, puisqu’elle permettra d’exploiter la pleine mesure du casque PlayStation VR. Fournie, elle aussi, avec un disque dur d’1 To, la PS4 Pro, si elle conserve la même structure technique, revoit toutefois son architecture graphique. De là à dire qu’elle sera capable d’émettre de la véritable 4K native, plein pot (donc 3840 x 2160 pixels) sur tous les jeux, il y a une marge…

La PS4 Pro diffusera en réalité des images supérieures au Full HD, mais pas toujours équivalentes à de la vraie 4K. Par contre, choix plus surprenant : point de lecteur Blu-Ray 4K ici…

N’oublions pas Nintendo

De son côté, Microsoft, "confiant", prépare, pour mi-2017, la Xbox Scorpio, "qui sera la console la plus puissante jamais créée", et qui est attendue avec, dans le ventre, de quoi rivaliser avec un véritable PC gaming de pointe (4K native, HDR, réalité virtuelle).

Bref, Microsoft semble avoir repris l’avantage, du point de vue technologique. Reste un paramètre crucial, maître de tous les arbitrages : la qualité des jeux, et surtout des jeux exclusifs aux différentes plate-formes, qui feront l’actu dans les semaines à venir.

Et puis, il serait sot de ne pas considérer le retour au premier plan du titan déchu : Nintendo, qui doit encore présenter sa nouvelle console NX, pourrait reconquérir un public plus large et enfantin… Il va y avoir embouteillage sous le sapin !