Adélaïde de Clermont-Tonnerre veut croire encore aux jours heureux

Un peu de mentir vrai, beaucoup de sentiments, un désir fou d’écriture : les ingrédients du nouveau roman d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre ont tout pour séduire.

Adélaïde de Clermont-Tonnerre veut croire encore aux jours heureux
©D.R.
Ça commence d’une manière extrêmement violente. Il n’y a pas de cadavres éventrés, cloués tête en bas, pas de serial killer, pas de montres à plusieurs têtes poursuivant une petite fille. Et pourtant, les premières pages de Nos jours heureux font plus mal que tout cela réuni. Parce qu’en l’espace de quelques paragraphes, Adélaïde de Clermont-Tonnerre (grand prix du roman de l’Académie Française pour Le dernier des nôtres, en 2016), dit tout le chagrin d’un jeune...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité