La Bible et une adaptation du journal d'Anne Franck menacées par les conservateurs américains en raison de références sexuelles

Depuis quelques années, le phénomène des "banned books" s'intensifie dans les régions conservatrices de l'Amérique.

La Bible et une adaptation du journal d'Anne Franck menacées par les conservateurs américains en raison de références sexuelles
©Shutterstock

Récemment, des bibliothèques scolaires privées et publiques ont été contraintes de retirer des rayons et du matériel informatique des dizaines de livres et ouvrages. Parmi eux, une adaptation illustrée du Journal d'Anne Frank, ainsi que la Bible.

Parents d'élèves, politiques et divers groupes de pression conservateurs américains ont trouvé une nouvelle occupation commune : se regrouper pour examiner des dizaines de livres afin d'évaluer s'ils sont conformes à la "morale". Ces analyses visent surtout à mettre en lumière le caractère "malsain" d'extraits susceptibles de perturber les élèves, notamment ceux qui nourrissent des réflexions sur les questions d’identité sexuelle et raciale ainsi que sur certains épisodes politiques ou historiques. C’est ce qui est arrivé à Fort Worth, au Texas, dans un district scolaire. Des parents conservateurs ont demandé à l'établissement de retirer des livres jugés trop progressistes.

Parmi ces livres, Anne Frank's Diary: The Graphic Adaptation. Cet ouvrage graphique conçu par le réalisateur israélien Ari Folman et par l'illustrateur David Polonsky est une adaptation du journal intime besteller qui demeure l'un des témoignages les plus puissants sur la Shoah. Les parents ont motivé ce retrait en expliquant avoir été gênés par des références au sujet de l'appareil génital féminin ainsi qu'à l'homosexualité. Le New York Times avait évoqué un livre "si intéressant et si efficace qu'il est facile d'imaginer qu'il puisse remplacer le Journal original dans les classes et auprès des jeunes lecteurs".

La Bible et une adaptation du journal d'Anne Franck menacées par les conservateurs américains en raison de références sexuelles
©Anne Frank Fonds

La Bible a également fait les frais de ces nouvelles règles en raison d'allusions sexuelles jugées dérangeantes.

"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur", La Servante écarlate, Maus…La liste des livres qui ont été interdits ces derniers mois dans certaines écoles et bibliothèques américaines ne cesse de s'allonger. Pen America, une organisation littéraire de défense de la liberté d'expression, a étudié le phénomène et révèle dans une étude que la censure scolaire explose dans les milieux conservateurs. Elle constate une augmentation de 250 % par rapport à 2021. L'organisation alerte également sur le fait que 86 districts scolaires aux Etats-Unis ont interdit 1586 livres en huit mois.

Ces restrictions ont bien évidemment de multiples conséquences mais l'une des plus alarmantes est la réduction de l'espace consacré aux récits minoritaires souvent écrits par des personnes racisées ou des membres de la communauté LGBTQIA+. Parmi les cibles de cette politique conservatrice, on retrouve des ouvrages considérés comme des chefs d'œuvre de la littérature américaine tels que Beloved de Toni Morrison, La haine qu'on donne d'Angie Thomas ou encore All American Boys de Jason Reynolds et Brendan Kiely.

Face à cette situation, l’Association des bibliothèques américaines organise une résistance afin d'alerter sur les dangers et les dérives de ce type de mesures. En parallèle, des petites bibliothèques se donnent pour mission d’accueillir tous les ouvrages qui ne sont plus les bienvenus dans certains États conservateurs.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be