Alex Clément est mort

Livres & BD

H. Le.

Publié le

Alex Clément est mort
© Ed. Vents d'Ouest
Un si joli appartement

BRUXELLES Lieu: un appartement de très bon goût. Acteurs: une jeune et jolie femme de ménage, un visiteur hagard et un livreur de pizzas aux allures de play-boy hollywoodien. Sans oublier un concierge aux mains agiles, quelques flics et un téléphone nerveux. Au centre du décor et de cette distribution fournie: le corps invisible d'Alex Clément. L'homme, un banquier, a été terrassé par une crise cardiaque. Faits divers banal! Sauf que les quatre premiers acteurs cités découvrent une mallette remplie de petites coupures. Au total, il y en aurait pour au moins deux millions. Que faire de cette somme? Les avis divergent, les tensions naissent En plus, à Marseille, où se déroule l'intrigue, c'est l'état de siège. Les explosions se multiplient. La ville a peur. Les gens se terrent. Quel lien peut-il bien y avoir entre ces attentats, le malaise d'Alex Clément et la mallette découverte sur les lieux? Et comme si ce sac de noeuds ne suffisait pas encore, il y a la mère du mort qui ne répond plus au téléphone, tandis que des appels anonymes s'intéressent de plus en plus aux deux millions en petites coupures. Bref, c'est le foutoir intégral.
Et cette ville qui continue à trembler, ces sirènes qui hurlent en tous sens. Finalement, le sort d'Alex Clément est presque enviable par rapport aux soucis endurés par les badauds reclus dans cet appartement de célibataire endurci.

Un petit air de déjà vu

BRUXELLES Sympa ce polar noir sorti dans une excellente collection de l'éditeur Vents d'Ouest. Le dessin d'Emmanuel Lepage est vraiment excellent. Son jeu sur la palette des gris est particulièrement séduisant et l'intrigue et le mode de narration sont tout aussi intéressants.
Les auteurs optent pour une unité de lieu. Alors, pour connaître les deux facettes de la même histoire, ils nous proposent deux récits successifs. Une astuce déjà utilisée récemment dans le 9e art, notamment dans le Berceuse assassine de Tome et Meyer. L'idée motrice peut aussi se retrouver dans l'univers de Rabaté. Le génial adaptateur d' Ibicus dans cette même collection de chez Vents d'Ouest avait déjà évoqué la piste d'un enlèvement minable entre amis.

Si cette bande dessinée dispose de bien des atouts, force est de constater que certaines similitudes avec la patte et l'univers de Pascal Rabaté sont trop évidentes. Dommage! Cette collection n'avait pas commis de faux pas jusqu'ici. Malgré les qualités de cette dernière production, force est de constater que l'on a le sentiment que les auteurs d' Alex Clément se sont inscrits ouvertement dans une veine qui fonctionne actuellement. Ce n'est pas un crime, mais trop de similitudes avec des oeuvres existantes tuent une bonne part du plaisir que l'on peut ressentir à découvrir cette nouveauté.

Lepage Rieu: Alex Clément est mort, Ed. Vents d'Ouest.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info