Christophe Blain, fan absolu de western, et de cinéma était le "repreneur" évident de Jean Giraud.

En 2004, Jean Giraud m’avait proposé de faire un essai sur Blueberry. Il envisageait 4 pages à paraître dans le magazine Pilote (numéro spécial Noël, NdlR) . Finalement, ça ne s’est pas fait. C’est pour combler cette lacune que j’ai lancé Gus, mon héros de western", se souvient Christophe Blain, fan absolu de western et de cinéma, tout heureux d’avoir enfin pu rendre vie à un des héros de son adolescence, créé au début des années 60 par Jean Giraud et Jean-Michel Charlier, deux monstres de ce qui deviendra, notamment grâce à eux, le IXe art. "C’est l’éditeur qui m’a proposé d’écrire une aventure de Blueberry. Je lui ai expliqué que je voulais dessiner cet album mais pas l’écrire. J’ai trop de proximité avec le personnage. Je n’avais pas le recul nécessaire."

Tout naturellement, Blain s’est tourné vers son "vieux pote" Joann Sfar pour ce scénario. Les deux hommes se connaissent sur le bout des doigts. Ensemble, ils nous ont déjà offert trois formidables titres ("Héraclès", "Ulysse" et "Œdipe à Corinthe") parus dans la collection Poisson Pilote de Dargaud. "Joann est fasciné par le travail de Giraud et Charlier mais un peu moins fasciné que moi", sourit Christophe Blain, "curieux de découvrir comment Joann allait s’investir dans cet univers."

Le résultat est captivant. Les deux hommes ont conféré une nouvelle épaisseur au personnage du lieutenant Blueberry. "L’idée centrale du scénario est de Joann. Mais je l’ai interprété de façon personnelle, notamment pour y amener la partie plus ‘westernienne’, comme les scènes à l’intérieur du fort où l’on découvre que Blueberry est admiré par ses subalternes et respecté par les supérieurs. Mike Blueberry, c’est quelqu’un de bien", affirme, sans sourciller, Christophe Blain, intarissable lorsqu’il s’agit de parler du personnage phare de cette série.

Dans cet album, premier tome d’un diptyque, Blueberry est confronté à la mort de deux Indiennes assassinées par des jeunes blancs issus d’un mouvement sectaire, installé à quelques lieues du fort des "tuniques bleues". Mike Blueberry est témoin de ces assassinats mais ne peut les empêcher. Il va désormais devoir s’atteler à éviter un bain de sang prévisible.

Tous les ingrédients sont réunis pour un bon western classique magnifiquement mis en scène par deux auteurs qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour se glisser dans les pas d’un des plus grands héros réalistes de la bande dessinée franco-belge.

"Cet album, c’est un vrai western. On a essayé de conserver tous les fondamentaux du genre et de la série. Évidemment, impossible de faire abstraction de Giraud et Charlier mais on a essayé de signer un album très personnel. On s’est approprié les personnages et on a montré ce qui nous tenait à cœur. On a gardé tous les moments émouvants, la chaleur des relations entre soldats, le poids des morts. Car évidemment, il y a des morts. C’est un conflit qui s’esquisse mais il s’agit de montrer et de faire sentir la valeur dramatique d’un mort. Quand un homme tombe, c’est une vraie perte pour Blueberry. Cet aspect ‘sentiment’, c’est ce qui nous guide avec Joann." Le dessinateur évoque donc un "album sentimental" et parle d’une "déclaration d’amour pour un personnage et pour ce qu’il évoque pour nous. Une déclaration d’amour aussi pour les auteurs et pour tout ce qu’ils nous ont apporté."

Christophe Blain et Joann Sfar rendent, par cet album, un hommage appuyé à un des héros de leur adolescence mais ils parviennent surtout à le doter d’une nouvelle épaisseur, plus humaine, plus proche sans le rendre complètement accessible car ces personnages doivent toujours conserver une certaine distance pour que leur magie survive.

Christophe Blain et Joann Sfar : Blueberry. Amertume Apache, Éd. Dargaud.