Livres/BD
La défaite d'une Belge face à un Français a rappelé à la chroniqueuse de France Inter une triste soirée de juillet 2018...

Ce lundi 4 novembre, le prix Goncourt a été décerné à Jean-Paul Dubois pour son livre "Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon". Déception donc pour Amélie Nothomb qui voit la récompense lui échapper pour la troisième fois. Elle faisait cette fois partie des favoris grâce à son livre "Soif", dans lequel elle se glisse dans la peau du Christ. Une défaite qui a été l'occasion pour Charline Vanhoenacker de gentiment se moquer de la romancière belge.

Elle est apparue ce mardi 5 novembre au micro de France Inter coiffée d'un grand chapeau noir. "Comme Jésus, hier, j’ai été crucifiée chez Drouant, certes, mais crucifiée quand même et comme Jésus, ma croix, c’était Dubois. Je rappelle que je suis Belge. Je viens de perdre contre un Français en finale, alors, oui, j’ai un peu le seum", a commencé l'humoriste en référence à la défaite des Diables rouges en demi-finale de la Coupe du Monde 2018 face aux Bleus.

"Peut-être mon livre manquait-il de suspense ? C'est le problème sur Jésus...", ajoute la fausse Amélie Nothomb.

Mais il n'y a pas qu'Amélie Nothomb qui en prend pour son grade. En effet, la chroniqueuse de France Inter a également taclé le vainqueur du prix Goncourt et son livre, "Tous les hommes n'habitent pas de la même façon". "Ce titre est long comme un jour sans frite, a-t-elle lancé ironiquement. C’est pontifiant, on dirait du Katherine Pancol. J’ai commencé à le lire, mais je me suis endormie avant d’être arrivée au bout de la couverture".

L'humoriste belge termine sur un petit trait d'humour concernant Bernard Pivot, le président du jury. "De toute façon, le seul moyen pour s'attirer les faveurs de Bernard Pivot, c'est de faire un top tweet", a lancé Charline Vanhoenacker déguisée en Amélie Nothomb.