LAUSANNE C'est au réalisateur de cinéma Fellini, qui l'interviewait un jour, que Georges Simenon affirma qu'il avait partagé la couche de 10.000 femmes. Certes, il a commencé jeune (à 13 ans) sa carrière de coq en chaleur. Mais en lui accordant 70 années de chasse assidue, soit 25.500 jours, cela situerait la moyenne à une femme différente tous les deux jours et demi de sa vie.

Certes, Simenon a relativisé les choses en avouant que, sur ce total, il estimait qu'il y avait 8.000 professionnelles. Et on sait qu'avec la bénédiction des trois femmes principales de sa vie (Tigy, Denyse et Teresa), il s'accordait les faveurs d'une prostituée à chaque fois qu'il marquait du mot FIN la dernière page d'un roman.

À un journaliste de télévision, il a expliqué ses méthodes de séduction, racontant qu'il lui est arrivé, plus d'une fois, au cours d'une réception, de se présenter à une inconnue en lui avouant simplement : "Madame, je serais heureux de pouvoir faire l'amour avec vous."

Quelquefois, ça marchait...

La plus célèbre : Joséphine Baker

PARIS En 1925, Georges Simenon est âgé de 22 ans. Il n'est pas du tout un auteur connu. Mais il est un romancier fécond qui alimente des journaux qui, en retour, alimentent un compte en banque qui lui a permis de s'installer au 21, place des Vosges. Il est déjà riche.

Son travail de critique l'emmène aux Folies Bergères où se joue, sous le titre de Revue Nègre, un extrait d'un spectacle de trois heures qui triomphe à New York. À Paris, un pas-de-deux fait scandale, parce que la jeune danseuse, Joséphine Baker, apparaît nue. En réalité, elle porte un vêtement couleur chair.

Mais Georges Simenon, qui est marié avec Tigy et entretient déjà une maîtresse à demeure (sa femme de ménage, Boule) tombe sous le charme de cette jeune Noire de 19 ans. Leur liaison durera un an et demi. Des photos les montrent occupés à flirter sous le regard de... Mme Simenon.

La romance s'éteindra durant l'été 1927. Simenon a expliqué qu'il était encore inconnu à l'époque et ne souhaitait nullement devenir Monsieur Baker. Le fait est que Joséphine Baker n'était pas plus connue que lui. Au reste, elle ne chante pas dans ce spectacle : elle danse. Son grand succès, J'ai deux amours, date de 1931.


La première femme de sa vie

LIÈGE Sa mère ! Henriette Brüll, 23 ans à la naissance de son fils, a contribué, dès le premier jour, à fabriquer la légende de Simenon.

L'enfant est né dix minutes après minuit et, du coup, le 13 février. Un vendredi 13 ! Superstitieuse, Henriette n'aimait pas ça. Elle obtint que son fils soit déclaré quarante minutes plus tôt : le 12 février à 23 h 30.

Trois ans et demi plus tard, le 21 septembre 1906, naissait Christian Simenon, l'unique frère de Georges. Simenon affirmera que sa mère lui a toujours préféré son frère.

Pendant la guerre, Christian Simenon se mit au service des Allemands. À la Libération, il sera condamné à mort par contumace et, pour fuir, il entrera à la Légion étrangère. Il est mort en Indochine, en 1947. "C'est dommage Georges que ce soit Christian qui soit mort ", lui dira sa mère.

Henriette ne croira jamais à la réussite de son fils. En 1965, l'écrivain la fera venir en Suisse, chez lui, dans la grande villa d'Épalinges. Elle le noie de reproches, est persuadée que la maison n'est pas payée, que son fils a des dettes...

En 1974, parmi ses livres de souvenirs, il signera Lettre à ma mère.


© La Dernière Heure 2009