Il est l’un des rares journalistes à avoir été convié à plusieurs reprises à rencontrer la Reine. Né et éduqué en Belgique, très attaché à notre pays, Marc Roche vit en Angleterre depuis 1985. Par deux fois, il a même été officiellement invité à dîner en compagnie de la Reine. “Pas exactement en petit comité”, écrit-il à l’entame de son dernier livre, "Elle ne voulait pas être reine". N’empêche, pour lui qui a couvert la monarchie pendant des décennies, Elizabeth II reste un mystère…

On a vu beaucoup de fictions sur le Reine - "The Crown", série sur Netflix, "The Queen", qui retrace la fameuse semaine de la mort de Diana. Est-ce que ce genre de fiction est à peu près crédible? Et est-ce que vous pensez que ça la touche?

“La Reine n’a jamais vu "The Queen" ni "The Crown". Elle ne lit jamais les ouvrages qui lui sont consacrés, ça ne l’intéresse pas.”

Mais on la tient informée?

“S’il y a scandale, oui. En revanche, il est très clair que le succès de "The Crown" – que je n’ai jamais vu pour ne pas me laisser influencer et puis, parce que je connais l’originale, je ne vais pas me taper l’ersatz. Ce sont de beaux ouvrages de fiction mais… c’est de la fiction. Ce sont les détails qui ne vont pas. Dans "The Crown", on parle de cette aventure extraconjugale de la Reine : elle n’en a jamais eu. Et son homme, le seul homme de sa vie, c’est Philip. Et lui, de ses aventures extraconjugales, on ne sait rien, il n’y a aucune preuve. Donc quand dans "The Crown", on prête à la reine une aventure avec son palefrenier, c’est très peu probable. Dans "The Queen", on voit la Reine au lit avec son mari alors qu’ils font chambre à part. Elle porte des bigoudis – ce qui est hors de question -, les draps ne sont pas repassés et, lorsqu’elle prend son goûter, elle beurre elle-même les crumpets. C’est impensable ! Tous ces petits détails font que c’est excellent pour les Windsor, parce que ça les fait connaître. La survie de la monarchie, c’est son image publique, or ils sont plutôt bon enfant dans "The Crown", "The Queen"… Cela fait partie d’une opération de communication mais il ne faut pas lui prêter grande attention : cela n’a aucune conséquence institutionnelle.”

Ça veut dire que les scénarios sont approuvés, discutés?

“Peut-être que – mais là, je m’aventure – des gens du palais ont rencontré Peter Morgan, scénariste de "The Queen" et de "The Crown", pour lui raconter comment ça se passe. Peut-être qu’ils ont laissé des anciens employés parler… Ces séries ne font pas du mal à la monarchie : au contraire, elles la renforcent.”