Le 5 décembre, il va bien falloir organiser "une petite mise en scène"

Le 5 décembre, cela va faire deux ans que Johnny est mort. Pour Laurence Favalelli, cela ne fait pas de doute, " il y aura une petite mise en scène, on va être dedans, ça, c’est sûr. Il va bien falloir qu’elle fasse un truc ". Et d’ajouter, presque incrédule, malgré des années passées à ses côtés : " Elle a besoin de ça, c’est terrible. Laeticia, quand je la regarde aujourd’hui, je me dis que ça n’est pas possible de vivre avec une bouilloire de haine au-dessus de la tête, qui peut péter à tout moment. "

Et à la fin, Narcisse tombe dans la rivière…

Laeticia est fan de Lady Di. Elle l’adore. "Mais Diana, elle a fait un vrai truc : elle a fait vaciller la couronne d’Angleterre. Et quand elle va marcher entre les mines antipersonnel, même si on se doute bien que c’était mis en scène, elle l’a fait et ces images ont fait le tour du monde. Pas sûr que ça marche avec Laeticia, peut-être parce que ça manque d’implication", commente l’auteur.

Bête, Laeticia ? Non, beaucoup plus complexe que ça. Elle s’aime, souligne son ex-collaboratrice. "Elle est amoureuse d’elle qui fait le bien au Vietnam, de son image. Elle est amoureuse d’elle pleine de bienveillance avec les gens. Même si deux minutes après, elle défonce les gens. C’est affreux, mais au-delà de la bêtise, il y a un vrai côté Narcisse : elle préfère son image à elle-même et elle tombe dans la rivière…"

"C’est pas Anna Wintour, la meuf !"

Au début, on lui parlait de faire un livre façon Le diable s’habille en Prada. Mais pour Laurence Favalelelli, pas question. Avec le franc-parler qui la caractérise, elle tacle "ce n’est pas Anna Wintour, la meuf. On va se calmer tout de suite". Ce qu’elle voulait, c’était pouvoir se moquer, un peu. " Du système, pas tant d’elle parce que c’est plus pathétique qu’autre chose. Et me moquer de moi-même aussi, parce qu’on se retrouve dans des situations grotesques."

Mais Laurence Favalelli fait amende honorable et avoue qu’elle a contribué à tout ce barnum. "Toute leur vie est comme ça. Moi, au début, tout ça me dépassait un peu mais Sébastien Farran m’a clairement dit d’arrêter de me prendre le chou. Encore une fois, moi, je venais d’un autre monde. Avec JoeyStarr, ce n’était même pas en rêve, les paparazzis. D’ailleurs, ils fuyaient en nous voyant arriver !", conclut-elle en riant.