Livres/BD Grichka vient d’être diagnostiqué "Asperger". Il n’en avait jamais parlé…

Quand Maud Guillaumin a entrepris de réunir les témoignages nécessaires à une biographie d’Igor et Grichka Bogdanoff, les deux frères lui ont ouvert leurs portes et leurs carnets d’adresses. D’où un nombre important d’intervenants, de proches - leurs sœurs -, et de celles et ceux qu’ils ont croisés tout au long de leur longue carrière.

En revanche, les frangins n’ont pas tenu à contribuer à l’écriture de leur histoire. "Nous sommes peu collaboratifs pour ce genre de chose. L’idée d’une biographie - alors que nous n’en sommes qu’au début de ce qu’on va faire, je plaisante un peu mais c’est la sensation qu’on a - c’est un retour sur des éléments du passé, or, on est très projetés dans l’avenir ", commente Grichka, qui répond avec enthousiasme à nos questions, sous l’oreille attentive d’Igor, qui n’est pas loin.

Au final, vous en pensez quoi, du livre ?

"Vous savez ce que dit le philosophe : le point le plus obscur est toujours sous la lampe. Pour nous, le fait de voir apparaître une biographie est à la fois une surprise, parce qu’elle fait apparaître un fil de vie provisoire et, d’autre part, on est distants. On s’y reconnaît, de manière partielle et, en même temps, on est amusés parce que c’est comme si c’était quelqu’un d’autre. Ce qui est fatalement le cas quand une biographie se met en place. Le fait de nous voir dans le miroir de cette biographie crée un sentiment d’étrangeté. D’inquiétante étrangeté, comme disait Freud. Très souvent, Maud dit des choses qui tombent juste mais, parfois, elle prend des distances qui font que le spot tombe un peu à côté."

Même si vous êtes tournés vers le futur, vous êtes faits, aussi, de votre passé. Toute l’histoire de votre enfance au château, avec votre grand-mère, pourquoi est-ce si peu connu ?

(...)