Les Zombies enfin de retour en bande dessinée

Hubert Leclercq Publié le - Mis à jour le

Livres/BD Après l’épisode très réussi du dessin animé, Arthur De Pins revient à ses personnages de papier et c’est toujours aussi bien.

C’est fou comme le temps passe. Enfin, tout dépend de son statut. Car dans la galaxie que nous propose Arthur De Pins, la notion de temps n’est pas la même pour tout le monde… Car dans l’univers de cet artiste français, vampires et zombies côtoient naturellement - ou presque - les humains. Un univers fantastique, évidemment, et pourtant presque crédible tant les thèmes abordés par l’auteur sont proches de notre quotidien.

La série, qui en est à son quatrième opus, souffle presque ses dix bougies. Pas vraiment un rythme échevelé de prime abord, mais la série papier connu un coup d’arrêt de cinq années pour cause de dessin animé long format.

Rencontre avec un auteur étonnant.

Vous revenez à la BD après près de 5 ans de break pour cause de dessin animé. Pas trop dur ?

"Non, parce que j’avais envie de retrouver mes personnages et mon univers rien qu’à moi. En même temps, au début, quand je suis revenu devant ma planche à dessin, c’était drôlement perturbant parce que je me retrouvais tout seul, après une longue période durant le dessin animé, où toutes les décisions se prenaient collégialement."

Comment est né cet univers de monstres ?

"J’ai fait un dessin pour une couverture du magazine Spirou pour Halloween en 2008. Le rédacteur en chef de l’époque, Frédéric Niffle, avait accroché et c’est lui qui m’a soufflé de proposer quelque chose avec les personnages et l’univers qui transpirait de ce dessin."

Jusque-là, vous aviez un univers qui était plutôt coquin avec des personnages féminins tout en rondeur…

"C’était quelque chose qui correspondait à ce que j’avais envie de faire à une certaine époque. Ça marchait bien mais j’étais très content quand la proposition de travailler avec des monstres m’est arrivée."

Paradoxalement, on a le sentiment que vous êtes plus à l’aise avec les monstres qu’avec les femmes que vous croquiez avant ?

"Ce n’est pas faux ! Avec ces personnages, je peux raconter des choses qui me sont très personnelles. Je peux parler des gens qui m’entourent, de mon enfance, de mon rapport à la société. Le fait que ce soit des monstres, qu’il y ait une distance naturelle avec le monde dans lequel on vit apporte aussi une certaine protection. Je suis incapable de faire une autobiographie ou de parler de moi sans avoir l’impression de faire du voyeurisme. D’autres confrères sont très bons dans ce registre. Moi, je n’y arrive pas. Par contre, si je le fais à travers des personnages de fiction comme c’est le cas ici, je me sens à l’aise et j’ai le sentiment que je peux parler de tout."

Les monstres, ce sont donc des personnages que vous connaissez et que vous transposez dans une autre réalité ?

"Tout à fait. Le personnage de Francis, par exemple, c’est mon père. Gretchen, c’est une amie. Certains personnages sont aussi inspirés de personnages de fiction."

À travers cet univers de monstres vous parvenez à aborder des thèmes qui concernent notre quotidien, ce qui, étonnamment, crédibilise votre univers…

"C’est vrai que cela fait partie de ce que j’aime avec ces personnages. Je peux aborder des thèmes qui me sont chers comme le monde du travail, les relations au sein des entreprises. Un univers que je ne connais que par ce qu’on m’en a dit mais qui me passionne."

Est-on parti pour une longue saga de zombies ?

"Non, il n’y aura que six tomes, mais j’aimerais ensuite faire des spin-of sur certains personnages comme Francis et Gretchen."

Un deuxième dessin animé ?

"J’aimerais bien. Mais il n’y a rien de fait. Ici, en Belgique, je sais qu’il a bien marché. En France, il est sorti en salle en même temps que quatre dessins animés américains. Ce ne fut pas mauvais, loin de là, mais ce ne fut pas la réussite qu’on pouvait espérer, ce qui complique aussi le montage d’un deuxième épisode mais pourquoi pas."



Hubert Leclercq

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Un désaccord avec votre partenaire est mis en lumière par la conjoncture astrale. Vous ne cédez pas !

Taureau

Vous devez faire preuve d’un peu plus de rigueur dans la gestion de vos comptes.

Gémeaux

La patience vous fait défaut, notamment dans votre cadre professionnel. Vous voulez des résultats immédiats.

Cancer

Vous bénéficiez d’un bon climat de compréhension dans vos rapports avec les autres.

Lion

Vous exposez librement vos idées, vos sentiments, votre point de vue. Ils sont généralement bien accueillis.

Vierge

Célibataires, les astres sont enclins à vous pousser vers une rencontre qui risque de laisser des traces.

Balance

La plus grande prudence est de rigueur sur le plan financier. Vous risquez de vous laisser entraîner dans une affaire douteuse.

Scorpion

Tâchez de contrôler votre agressivité, qui risque de s’exprimer dans le cadre familial.

Sagittaire

Vous voulez faire table rase du passé sur le plan affectif. Vous tournez une page, vous allez résolument de l’avant.

Capricorne

Vous échafaudez de grands projets professionnels. Vous êtes prêt à vous lancer dans une nouvelle activité.

Verseau

Si vous avez des enfants, vous êtes capable de faire preuve à la fois d’équilibre, de tendresse et d’autorité.

Poissons

La nature humaine vous surprend toujours. Vous ne comprenez pas les réactions de quelqu’un.

Facebook