Livres/BD Amélie Nothomb et François Hollande aussi parmi les auteurs francophones ayant rencontré le plus de succès en 2018.

L’usure du pouvoir n’est pas un phénomène propre à la politique. Les lecteurs de romans et d’essais aussi apprécient le changement de temps en temps. Pour une fois, les Guillaume Musso, Marc Lévy et Maxime Chattam ont donc dû céder leur trône au Suisse Joël Dicker, champion des ventes en 2018 parmi tous les auteurs francophones selon le classement établi par L’Express.

Avec La Disparition de Stéphanie Mailer, il devance dans l’ordre le Prix Goncourt 2018, Les Enfants après eux, de Nicolas Mathieu, et Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaître (il avait, lui, décroché le Goncourt en 2013 pour Au-revoir là-haut).

Preuve que les lecteurs font confiance aux récompenses, le Prix Femina 2018, Le Lambeau de Philippe Lançon, termine au pied du podium. Devant un des poids lourds de l’édition, Guillaume Musso, cinquième avec La Jeune Fille et la nuit.

La dixième position de Marc Lévy (Une Fille comme elle), la vingt et unième de Maxime Chattam (Le Signal), la vingt-septième de David Foenkinos (Vers La Beauté) ou la trente-deuxième de Michel Bussi (Sang famille) ne constituent pas les seules surprises de ce classement. Jean d’Ormesson truste les septième (Et Moi, je vis toujours) et huitième places (Un Hosanna sans fin), Delphine de Vigan arrive neuvième (et première autrice : #MeToo n’est pas encore passé par là) avec Les Loyautés, et, surtout, l’ancien président François Hollande connaît plus de réussite avec sa plume qu’en politique, puisqu’il décroche la dix-huitième position avec Les Leçons du pouvoir.

Et les Belges ? Comme d’habitude, Amélie Nothomb s’impose sans problème parmi les valeurs sûres, Les Prénoms épicènes décrochant la treizième ligne du palmarès. Soit trois rangs à peine devant Adeline Dieudonné et son premier roman, La Vraie Vie. Pour elles, un terme s’impose : chapeau.