Les bouquins. C’est à travers eux que Patrick Weber a vu naître sa passion pour l’Histoire et pour l’art. Le feuilletage de bandes dessinées, le visionnage de certains films et ses nombreux voyages en famille ont confirmé son intérêt pour ces domaines qu’il a choisi d’approfondir en y consacrant ses études. “Dans ma carrière professionnelle, je peux dire que j’allie travail et plaisir”, déclare le présentateur de C’est pas fini, sur VivaCité, et du Temps d’une histoire sur La Une.

Aujourd’hui auteur de nombreux ouvrages, Patrick Weber partage ses connaissances et ses passions avec le public. Dans Ma première histoire de l’architecture, un livre sorti aux Éditions Palette, le journaliste propose de découvrir l’architecture, de l’Antiquité au XXIe siècle, à travers des constructions du monde entier. Des mégalithes aux bâtiments dits “organiques” en passant par les édifices romans ou encore l’ingénierie. “J’ai écrit beaucoup de livres sur l’histoire de l’art et sur l’architecture. Ils ont eu beaucoup de succès, notamment dans les écoles en France, et ont toujours été réédités. Après la publication de mon livre Les Merveilles du Monde, il y a deux ans, les Éditions Palette m’ont recontacté avec le projet de Ma première histoire de l’architecture, un livre destiné aux plus jeunes. Ce sujet m’a beaucoup intéressé”, explique Patrick Weber qui a profité du premier confinement pour se lancer dans la rédaction de ce livre aux belles illustrations. “J’avais besoin de penser à autre chose pendant cette période. J’y suis arrivé en écrivant ce livre. J’y ai trouvé une façon de voyager par procuration. En le lisant et en découvrant ses images, on s’imagine un peu partout dans le monde.

Un féru d’histoire de l’art comme vous a-t-il appris de nouvelles choses en écrivant ce bouquin ?

“Bien sûr. Pour ce livre, je me suis intéressé davantage à toutes les constructions plus contemporaines, les gares, les ponts, les architectures de loisirs. Dans les dernières pages, je parle de l’architecture organique aussi avec des constructions vertes et durables. On n’arrête jamais d’apprendre.”

À quelle architecture ou période êtes-vous le plus sensible ?

“Même si mon cœur est en Italie, j’aime beaucoup l’architecture de l’Antiquité égyptienne. Elle est d’abord très colossale par ses dimensions. Elle surprend, elle étonne et est pleine de subtilités. Chaque détail signifie quelque chose. Tout est pensé pour faire passer un message. L’édification du grand temple de Karnac renvoie, par exemple, à la nature. Certaines plantes y sont disposées de telle sorte qu’elles puissent s’ouvrir grâce aux rayons du soleil. D’autres sont, de leur côté, placées à un endroit où elles ne s’ouvriront pas. J’aime cette observation de l’architecture.”

Ce livre vous a-t-il donné envie de découvrir ou de redécouvrir certains lieux ?

“Oui, surtout pendant le premier confinement où on était privé de voyage et enfermé chez nous. Je n’avais qu’une seule chose en tête : aller voir ça de près. Dans ce livre, je parle beaucoup d’endroits où j’ai déjà eu la chance d’aller. Ça m’a clairement donné envie de m’y rendre à nouveau.”

Écrire pour le jeune public ne doit pas être un exercice facile…

“Non, c’est vrai. Il faut bien réfléchir au choix du vocabulaire. Cela ne veut pas dire d’aller nécessairement à la facilité. Il ne faut pas renoncer à certains mots en pensant que c’est trop compliqué mais, il ne faut pas en mettre de trop dans le texte. C’est une question de dosage.”

Patrick Weber raconte

Véritable boulimique de travail, Patrick Weber a plus d’une corde à son arc. Depuis la fin de l’année dernière, le journaliste est aux commandes de J’ai les clés, un programme court, mettant en valeur le patrimoine bruxellois et wallon, qu’il souhaite voir évoluer en transversal. “En ces temps difficiles, j’ai envie de mettre en lumière notre beau patrimoine et de raconter des histoires sur ce qui fait notre fierté”, explique-t-il avant d’annoncer qu’il venait de constituer Les Productions du Grand Tour, une société de production grâce à laquelle plusieurs documentaires verront le jour.

En octobre prochain, Patrick Weber lancera également Patrick Weber raconte, une nouvelle collection de livres racontant les grands moments de l’Histoire de la Belgique.