Les maisons d’édition suspendent leurs nouvelles publications.

Le premier à l’avoir annoncé, c’est Joël Dicker, dont le nouveau roman (et futur carton) devait sortir le 25 mars : L’énigme de la chambre 622 est reporté pour cause de coronavirus. Comme l’on pouvait s’y attendre, après les Éditions de Fallois, ce sont toutes les grandes maisons qui suspendent leurs parutions, et ce, faute de points de vente et de distribution puisque l’on ne compte plus le nombre de commandes annulées et de retours à l’expéditeur…

On apprend ainsi que les sorties de fin mars et de tout le mois d’avril, chez Albin Michel, sont repoussées. Tout comme Mémoires impubliables, de Pierre Péan, qui devait sortir ce 19 mars. On se privera donc du prochain Alexandre Jardin (Française) et Éric Naulleau (Ruse).

Chez Gallimard, sont repoussées les sorties de nouveaux romans de Camille Laurens, Philippe Labro (J’irai nager dans plus de rivières), Franz-Olivier Giesbert (Dernier été) et Bruno de Stabenrath (L’impossible ami, ou l’histoire de son amitié avec Xavier Dupont de Ligonnès).

Les éditions Grasset remettent à plus tard Anne Sinclair (La rafle des notables), Amanda Sthers (Lettre d’amour sans le dire) et toutes les autres parutions d’avril. Idem chez Stock qui devait publier le nouveau Nick Hornby (Un mariage en dix actes). Tenter une liste exhaustive serait vain. Du reste, tout ceci tient en quelques mots : À l’arrêt. Comme nombre de secteurs d’activité, du reste…