Dans le livre "I'll Take Your Question Now", qui doit paraître la semaine prochaine, Stephanie Grisham, qui a occupé plusieurs postes au sein de la Maison Blanche pendant l'ère Trump, fait de nombreuses révélations sur les coulisses de l'administration Trump. Elle y aborde par exemple la visite de Donald Trump à Walter Reed, en novembre 2019, pour "entamer sa visite médicale annuelle", selon les termes employés par la Maison Blanche à l'époque. Cette visite, qui n'avait pas été annoncée à l'avance à la presse, avait suscité des interrogations, provoquant au passage la colère de Donald Trump.

Dans son livre, l'ancienne porte-parole de la Maison Blanche laisse entendre que la visite de Donald Trump aurait en réalité eu lieu pour une coloscopie de routine. Si elle n'utilise pas le terme exact, elle explique qu'il s'agissait d'une "procédure très courante" pendant laquelle "un patient est endormi". Elle ajoute également que George W. Bush avait subi une procédure similaire lorsqu'il était en fonction. Or, l'ancien président Bush avait eu plusieurs coloscopies au cours de son mandat.

Selon Stephanie Grisham, la visite n'avait pas été annoncée parce que Donald Trump ne souhaitait pas que Mike Pence, le vice-président de l'époque, soit au pouvoir pendant son anesthésie. Elle évoque également la crainte de Trump d'être la cible de blague lors des nombreux late show américains.

De nombreuses révélations

Mais le livre de l'ancienne porte-parole de la Maison Blanche ne se limite pas à cet incident, et fait de nombreuses révélations sur les coulisses de l'administration Trump. Stephanie Grisham y affirme en effet que pour calmer les colères "terrifiantes" du milliardaire, une personne avait été désignée à la Maison Blanche afin de lui diffuser ses chansons préférées, dont "Memory", extrait de la comédie musicale "Cats", rapporte le New York Times. Cet homme était surnommé "Music Man".

Stephanie Grisham revient également sur la période qui a suivi les révélations quant aux liaisons présumées de Donald Trump avec Stormy Daniels et Karen McDougal, décrivant la "colère" de Melania Trump. "Après que l'histoire de Stormy Daniels ait éclaté et que toutes les allégations d'autres femmes aient suivi, j'ai eu l'impression que Mme Trump s'était littéralement déchaînée", écrit-elle. "Elle avait toujours été indépendante de son mari, mais maintenant, en tant que première dame lésée et publiquement humiliée, elle semblait libérée pour faire tout ce qu'elle voulait, ou ne voulait pas, faire."

Stephanie Grisham aborde également l'attitude de Donald Trump envers Poutine. Celui-ci aurait en effet dit au président russe qu'il agirait plus durement envers lui en présence des caméras lors d'un sommet du G20 en 2019.

L'ancienne porte-parole lève également le voile sur l'un des plus grands mystères de l'image publique de Donald Trump : ses cheveux. Elle affirme que l'ancien président les coupe lui-même, "avec une énorme paire de ciseaux qui pourrait probablement couper un ruban lors de l'inauguration de l'une de ses propriétés".

"Une tentative pitoyable"

Et la sortie du livre ne passe pas inaperçue auprès de la famille Trump, qui a d'ores et déjà accusé Stephanie Grisham de vouloir faire de l'argent sur son dos.

Contacté par CNN à propos des propos tenus dans le livre, Donald Trump a déclaré qu'il était dommage que des éditeurs continuent de diffuser ces "ordures très ennuyeuses". "Nous et le mouvement MAGA y sommes totalement habitués. Et un jour, dans un avenir pas si lointain, nous retrouverons notre voix et serons traités équitablement par la presse." Selon Liz Harrington, sa porte-parole, ce livre est "une autre tentative pitoyable d'encaisser la force du président et de vendre des mensonges sur la famille Trump".

"L'intention derrière ce livre est évidente", a déclaré le bureau de Melania Trump au Washington Post. "C'est une tentative de se racheter après une mauvaise performance en tant que secrétaire de presse, des relations personnelles ratées et un comportement non professionnel à la Maison Blanche. Par la contre-vérité et la trahison, elle cherche à gagner en pertinence et en argent aux dépens de Mme Trump."