De chair et d'Eros

J.-Ph. D.
De chair et d'Eros
©

Eros Ramazzotti rappelle qu'il peut aussi saigner, lorsque sa femme le quitte ou que sa mère disparaît

ENVOYÉ SPÉCIAL EN FRANCE JEAN-PHILIPPE DARQUENNE

PARIS Imaginez notre euphorie quand, ce jeudi sur le coup de 18 heures, nous sommes entrés, à l'Hôtel Hyatt, dans la suite d'Eros Ramazzotti. Justine Henin venait d'occire Serena Williams sur la terre battue de Roland-Garros. » Chez nous, on n'a pas la mentalité pour ce sport. Adriano Panatta est notre dernier champion mais moi, j'y joue un peu. Je connais mal Justine et Kim mais si je devais donner un pronostic pour la finale de ce samedi, je pencherais pour la Clijsters.»

On verra si Eros a du flair mais une chose est certaine, c'est de grands pans de vérité que le toujours charmeur a tapissé son neuvième album, intitulé très simplement 9.

De prime abord, les chansons qu'il abrite renouent avec une tradition typiquement italienne, mais l'artiste explique. «Je suis d'accord mais en même temps, sur le plan technique, ses harmonies sont bien plus complexes qu'il n'y paraît. D'un autre côté, je pense avoir réussi à construire des mélodies très directes.»

«Maman était mon équilibre»

Au niveau des textes, Eros n'y est pas allé non plus par quatre chemins pour décrire les tempêtes qu'il a essuyées ces deux dernières années. A commencer par sa séparation d'avec le top model Michelle Hunziker, dont le prénom restera tatoué en chinois sur sa nuque. «Mes chansons ont toujours été des réponses à ce qui s'est produit dans ma vie et Solo Ieri ( Hier seulement ) reflète par exemple mon état d'âme par rapport à cette rupture. Exactement comme un peintre, je donne un cadre à une situation. Ça m'empêche de pleurer. J'avais tout mis en oeuvre pour me bâtir une famille et je me retrouve sans rien. Mais je reste positif face à l'avenir. Même si, pour l'instant, je ne cherche à m'ancrer avec personne, thème de Un'Ancora Nel Vento (Une ancre dans le vent).»

En ce moment, la seule fille qui donne le sourire à Eros, c'est la sienne. Une Aurora de 6 ans et demi qui a droit, elle aussi, à une canzonetta. «C'est nouveau pour moi de ne pas la voir tous les jours et, encore une fois, je l'ai exprimé en musique. J'ai voulu dire à Aurora que je ferais tout pour elle. Je la gâte trop? Oui, sans doute. Mais les enfants doivent être des enfants, on ne peut pas décider à leur place et leur dire: fais ceci, fais cela, crois en Dieu ou pas. Ils se construiront chemin faisant.»

Plus douloureux que de ne plus voir Aurora qu'à mi-temps, le décès de sa maman adorée, Raffaëlla, est également gravé dans le retour discographique d'un Ramazzotti bientôt quadra (le 28 octobre). Gravé comme ces souvenirs qui ne faneront jamais. «Ce que je n'oublierai pas, c'est la simplicité avec laquelle maman affrontait le quotidien. Et puis, quand je lui parlais, seul son regard me répondait. Il est certain qu'elle était mon équilibre, elle vivait depuis quinze ans chez moi. Depuis son départ, elle m'envoie des signes mais je ne peux pas dire que je crois en la pérennité de l'âme. Pour ça, il faudrait croire en Dieu et je n'y crois qu'un peu. Le matin, je me réveille content, non pas d'être en vie mais d'être né. C'est parfois ironique... Je suis heureux d'être où je suis et d'être, je pense, quelqu'un de bien, de bon.»

Eh oui car s'il n'en parle jamais (son entourage s'en charge), Eros est réputé pour sa dévotion viscérale. Notre homme privilégie le bonheur des autres et brise ainsi une potentielle image d'i cône-ego. «Si j'ai du succès, c'est probablement parce que je suis comme ça : quelqu'un qui se soucie des gens, à la limite sans déranger. Je ne me sens pas star et suis à l'étroit dans ce statut. Tout le monde me considère comme tel mais moi pas. Passez une semaine avec moi et vous comprendrez.»

Eros Ramazzotti, 9 (BMG).

En concert les 26 et 27 novembreà Forest-National (0900/2.60.60)

© La Dernière Heure 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be