Santo Barracato: "Je suis fier d’être le Belge de The Voice France !"

Santo Barracato, qui ne veut plus être connu comme le petit frère de Frédéric François, a d’abord refusé de participer à l’émission. Il n’en retire "que du positif !"

Interview > Charlotte Vanbever
Santo Barracato: "Je suis fier d’être le Belge de The Voice France !"
©DR

Samedi soir, il a créé l’événement sur TF1, à l’heure de grande écoute de The Voice. 8,8 millions de téléspectateurs français ont découvert un autre talent de la famille Barracato (le véritable nom de Frédéric François) : Santo.

Et il était temps qu’on s’intéresse davantage à lui, semble dire ce chanteur de 50 ans - dont 30 de carrière dans la musique - qui a hésité avant de faire face, avec une chanson napolitaine, O Sole Mio, aux jugements des 4 coaches de TF1. "C’était quitte ou double. J’ai pris le risque", nous dit-il au téléphone, interrompant quelques instants sa réunion familiale. "Ça m’a torturé aussi, avant d’y aller, de faire face à ces quatre chanteurs. Voilà pratiquement 30 ans que j’étudie le chant, j’ai même créé ma propre technique (il est d’ailleurs professeur de chant) et je me retrouve face à des gens plus jeunes que moi - je ne sais pas s’ils ont suivi beaucoup de cours de chant - et ils sont là pour me juger. C’est troublant…"

Mais Santo ne regrette en rien sa participation au télécrochet de TF1. "Ce matin, nous disait-il hier, j’avais des milliers de messages ! Je suis l’enfant du quartier et là, je deviens le Belge de l’émission ! Je cherchais de la visibilité. Je dis merci à The Voice !"

Comme il l’espérait , c’est Florent Pagny qui a voulu l’accueillir dans son équipe. Entre connaisseurs de chant lyrique, logique… "Je ne m’attendais pas à grand-chose de la part de certains coaches. Dans ma tête, j’avais tout misé sur Florent Pagny et Garou, plus proches de mon monde musical."

Pourquoi vous être présenté aux castings de The Voice ?

"Je ne me suis pas présenté spontanément. C’est en contactant une personne de l’équipe pour parler de mon nouvel album et de ma comédie musicale qu’on m’a dit : ‘Tu as une voix extra, fais The Voice !’ J’ai dit non, d’abord. Qu’est-ce que j’allais faire là ? J’ai déjà fait des albums, j’ai coécrit une quarantaine de chansons, dont Mon cœur te dit je t’aime avec mon frère… Et finalement, je me suis dit que je pouvais gagner en visibilité."

Le fait d’avoir 50 ans et de vous retrouver face à des candidats d’à peine 20 ans, cela vous a-t-il freiné ?

"J’étais gêné quand même de dire mon âge ! Dans ce contexte-là, je suis un extraterrestre ! Je chante en napolitain et les autres sont des rockeurs…"

Vous avez impressionné Florent Pagny, qui s’est retourné. Ensuite, dans une courte interview, il a vanté vos qualités mais a mentionné quelques erreurs techniques…

"Je n’ai pas eu de remarques à ce sujet. S’il a entendu quelques défauts, c’étaient probablement des soucis liés au stress et aux conditions de grande fatigue… J’ai toujours cherché à avoir une voix limpide, irréprochable, sans qu’on entende les souffles. C’est contradictoire quand on entend dans l’émission certains coaches dire qu’ils veulent entendre des défauts ! Car un instrument de musique, s’il y a le moindre défaut, ça s’entend et ce n’est pas joli du tout ! Il y a quelque chose qui ne va pas là-dedans. On s’est vus quelques fois avec Florent. Je ne peux pas dire qu’on a vraiment travaillé. Mais il a un coach, comme les autres, qui travaille pour lui. Je n’ai pas reçu beaucoup de conseils. Je sais que d’autres candidats ont eu droit à plus de temps. Mais ce n’est vraiment pas grave."

Votre frère, Frédéric François, a posté hier sur son compte Facebook un message (accompagné d’une photo) pour exprimer toute sa fierté après votre prestation (" J’espère que comme Florent PAGNY, à l’avenir ce seront les maisons de disques et producteurs qui se tourneront vers Santo. J’ai toujours été persuadé que le timbre et la puissance de la voix de Santo ont leur place dans le paysage de la chanson française")…

"Je ne savais pas ! C’est génial, c’est gentil !"

Vous ne l’avez pas eu au téléphone ?

"Non."

Cela vous ennuie qu’on parle de vous comme le petit frère de ?

"Oui, ça m’ennuie qu’ils l’ont mentionné dans l’émission. Je suis une personne à part entière. Attention, je ne suis pas gêné par le fait d’être le petit frère de Frédéric; on a beaucoup travaillé ensemble, on a créé des chansons dont je suis très fier. Mais je voudrais être connu pour moi et pas en tant que. C’est naturel, depuis toutes ces années…"

De quoi rêvez-vous aujourd’hui ?

"J’adorerais représenter la Belgique à l’Eurovision ou au Festival de Sanremo, avec mes propres chansons. J’en serais extrêmement fier !"

Pour l’instant, vous avez quelques spectacles prévus…

"Oui. Je me produirai au Théâtre royal de Liège le 16 mars prochain avec deux autres chanteurs lyriques, juste après une croisière avec Claude Barzotti - que j’aime beaucoup car il n’a jamais eu peur de se produire avec moi - et Umberto Tozzi (pour tout renseignement, organisation Manu Voyages). Et je pense refaire le Forum de Liège, bientôt, avec les chansons de mon 4e album. Pour la suite de l’aventure The Voice, je laisse le suspense entier !"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be