Rencontre exclusive avec Angèle qui se souvient de We Love Green, son premier festival: "J'avais un pantalon qui tombait, des problèmes avec mes oreillettes. J'ai dû chanter comme une chèvre"

La Bruxelloise était à l'affiche du grand festival espagnol le 11 juin dernier où elle a présenté son Nonante-cinq Tour avant d faire étape à Dour dans 3 semaines . Avant de monter sur scène la chanteuse s'est laissée aller à quelques confidences.

Rencontre exclusive avec Angèle qui se souvient de We Love Green, son premier festival: "J'avais un pantalon qui tombait, des problèmes avec mes oreillettes. J'ai dû chanter comme une chèvre"
©Ennio Cameriere

Une semaine avant l'étourdissant concert de Stromae sur la plaine de Werchter à l'occasion de Werchter Boutique dimanche dernier, Angèle mettait le feu lors du second week-end du Primavera, le grand festival catalan, à Barcelone. À l'instar du Maestro à Coachella, aux États-Unis en avril dernier, elle a pu tester sa popularité à l'étranger. Une expérience qu'elle redoutait car c'était son premier festival non francophone. Mais tout s'est finalement bien passé. Très bien même.

Juste avant de monter sur la scène du Primavera, Angèle a accordé un entretien exclusif à nos confrères de Paris Match. Célébrité, stress, Dua Lipa, premier festival et pluie sont au menu (dans la vidéo ci-dessous).

Auprès de l'AFP, la Bruxelloise s'est laissée aller à d'autres confidences. Elle le concède, "il y a plus de doutes qu'avant". "Mon retour avec Nonante-Cinq a été vu comme celui d'une grande artiste confirmée: c'est très flatteur, mais très flippant. (...) Comme si je n'avais pas le droit à l'erreur, alors qu'en fait c'est seulement mon deuxième album, ma deuxième tournée." Il est vrai que Brol, sorti en 2018, a placé la barre très haut avec 1,5 million d'exemplaires vendus et 4 concerts complets à Bercy en guise de final de sa tournée. De quoi déstabiliser la jeune femme qui reconnaît avoir foncé "tête baissée".

Aujourd'hui, elle a confié à l'AFP travailler autour de la confiance, de la légitimité, à essayer de comprendre pourquoi le doute a sa place. "Le doute fait avancer", souligne-t-elle. "J'ai appris à me protéger, avant je n'avais aucune conscience de ce que je montrais, notamment pour ma vie privée. Maintenant, j'ai mis des limites, mais je n'ai pas encore la force mentale de m'en extirper", concède-t-elle en évoquant les réseaux sociaux sur lesquels elle a toujours été très active.

Angèle sera à Dour le 16 juillet, sur la scène de la Last Arena. Après l'accueil reçu en Espagne au festival Primavera, elle est boostée comme jamais pour cette date belge. Elle est aussi ravie de replonger dans cette "euphorie que tu ressens dans le public et sur scène". Voilà qui lui rappelle des souvenirs d'enfance lorsqu'à 17 ans, elle se rendait avec une copine au Pukkelpop en mode "nuits sous tente sur place autant pour la musique que pour la fête", glisse-t-elle à l'AFP.

Pour les retardataires, sachez qu'il reste des places pour son concert à Dour: www.dourfestival.eu.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be