A table avec Zap Mama, en ce jour de fête nationale du Congo : “Je pars en mission avec le prix Nobel de la paix !”

En ce jour de fête nationale du Congo, la DH est passée à table avec Zap Mama et la cheffe Augustine du restaurant GriGri.

Pierre-Yves Paque

Ce jeudi 30 juin est jour de fête nationale au Congo. Elle marque l’indépendance du pays en 1960. Pour rappel, le Congo a d’abord été la propriété privée du roi Léopold II suite au Congrès de Berlin en 1885. En 1908, un an avant la mort du souverain, le Congo est devenu une colonie belge jusqu’au 30 juin 1960 quand, suite aux tables rondes organisées à Bruxelles, le pays a acquis son indépendance. Le premier président de la République du Congo, devenue République démocratique du Congo en 1964, sera Joseph Kasa-Vubu et son premier Premier ministre, Patrice Lumumba, considéré comme le premier "héros national" du pays indépendant.

La semaine dernière, la restitution de sa dépouille à la RDC -61 ans après son assassinat- a fait grand bruit. "J'avoue que cette fête, cela fait plus de 50 ans qu'elle est là et, en Belgique, on en fait légèrement un bruit aujourd'hui, nous confie Marie Daulne, chanteuse et leader du groupe Zap Mama. Les événements récents avec le retour du masque traditionnel, la visite royale, tout est fait pour que le Congo prenne une importance… ou pas. Mais le retour de la relique de Lumumba m'a touché. Il y a enfin justice."

Marie Daulne sait de quoi elle parle, la chanteuse belgo-congolaise partant en mission au Congo cette semaine : "Je m'en vais en mission de musique thérapie, confesse-t-elle autour d'un repas typiquement congolais servi par GriGri Delivery (cf. notre encadré ci-dessous et notre vidéo sur dh.be). Car, souvent, la musique a perdu sa fonction. Je vais rejoindre le Docteur Mukwege (Prix Nobel de la paix 2018, ce gynécologue est surnommé "l'homme qui répare les femmes" des mutilations génitales, NdlR). Après la réparation physique et psychologique, il y a la réinsertion dans la vie socio-économique. Et c'est là où que je vais mettre de la musique, différentes musiques du monde entier que je remixe avec des paroles d'auto-stimulation du style : 'Je suis forte, je peux y arriver'. Plutôt que 'bouge ton cul, je suis là, il m'a trompé.' Quand t'es dans un état psychologique comme ça, il faut donner une touche moderne. Peu de personnes le font mais il le faut. Je m'en vais donc vraiment en atelier."

Cheffe Augustine
Cheffe Augustine ©Ennio Cameriere


Comment ce projet avec le prix Nobel de la paix est-il né ?

"C’est une première donc je ne sais pas où je vais (sourire). J’en ai parlé avec le docteur Denis Mukwege. Quand j’ai lu son bouquin, il parlait souvent du pouvoir de la musique en Afrique. Je me suis dit : mais c’est le pouvoir de la musique dans le monde entier tout court ! Si l’industrie musicale est aussi grande et importante de nos jours et que des rappeurs remplissent des Zéniths, c’est qu’ils font des révolutions. La musique, en tout temps, a toujours été une grande révolution. Avant, on utilisait les musiques pour aller en guerre. Aujourd’hui, on infuse certains sons dans les news pour stimuler les gens en mode : ‘ayez peur’."

Après Mission Impossible (Zap Mama avait été engagée par Hans Zimmer pour composer ‘Iko Iko’, la musique du 2e volet de la saga de Tom Cruise), voilà une nouvelle mission de grande envergure.

"Le succès et mes 30 ans de carrière m’ont appris quelque chose. Ayant fait des études d’histoire de l’art, j’étais prévenue, j’ai vu qu’il y avait des hauts et des bas dans la vie, mais j’ai toujours voulu écrire mon histoire et je la continue avec cette mission humanitaire. J’ai travaillé un peu partout dans le monde et, depuis que je suis revenue en Belgique ces dix dernières années, les choses se sont tassées. Car mon esprit n’a plus envie. C’est vraiment un état d’esprit, car j’ai surtout envie de profiter plus de ma famille. La perte de ma mère avait déjà été un grand choc… Je me suis donc un peu retiré de tout. J’avais besoin de m’ancrer pour savoir qui suis-je et où j’allais? Quel va être le tournant de ma carrière dans mon histoire ?"

Une expérience qui va déboucher sur un nouvel album ?

"Oui, en octobre. Il s’appellera Odyssée. Mon voyage au Congo, c’est pour commencer cette odyssée. Il est temps de raconter mon histoire, de stimuler, car mon rôle est d’être exemplaire, mais pas d’être une enfant exemplaire. Je suis issue de la petite Belgique et à l’époque, les Afros étaient mis à Matonge (quartier de Bruxelles), devaient se taire et c’est tout. Moi, j’ai décidé de ne pas suivre le modèle qui était imposé par le système. Je voulais percer dans le monde. On disait que j’étais une grande gueule. Ben, finalement, la grande gueule, elle a su dépasser les on-dit et j’y suis arrivée. C’est mon message aux nouvelles générations : tout est possible si vous avez la volonté."

Marie Daulne (Zap Mama)
Marie Daulne (Zap Mama) ©Ennio Cameriere

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be