Måneskin confirme son statut de rockeur à Werchter après le buzz de l’Eurovision

Le quatuor italien était de retour en Belgique hier soir le temps d'une prestation sulfureuse et séductrice. Une nouvelle fois, il prouve qu’il faudra compter sur lui dans la scène rock.

Måneskin confirme son statut de rockeur à Werchter après le buzz de l’Eurovision
©Mathieu Golinvaux

Difficile d’imaginer des gagnants de l’Eurovision accaparer la scène principale de Rock Werchter. Les deux événements paraissant aux antipodes de l’industrie musicale. Les vainqueurs italiens de 2021 sont pourtant bien à leur place, ce samedi, dans le plus grand festival belge avec leurs riffs de guitares énervés et attitudes provocantes. Programmés en début d’après-midi, Damiano David, Ethan Torchio, Thomas Raggi, Victoria De Angelis ont la tâche difficile de lancer les festivités. Celle-ci ne sera finalement pas si ardue pour le groupe qui foule de nombreuses scènes à travers le monde depuis quelques mois. Ils étaient d’ailleurs de passage à Coachella il y a quelques semaines. Rien que ça.

Leur set démarre avec “Zitti e Buoni”, le titre présenté lors du concours, avant d’enchaîner sur “In Nome Del Padre”. Deux rares morceaux en italien. Måneskin piochera par la suite plutôt dans son répertoire anglais (“ Mammamia”, “I Wanna be Your Slave” et leur nouveau single “Supermodel”, en collaboration avec le producteur préféré des stars de la pop, Max Martin). Et ne ratera pas d’interpréter leur reprise de “Beggin” des Four Seasons. Cette cover reste le plus grand succès du quatuor, avec plus d’un milliard d’écoutes sur les plateformes de streaming. Il reprendra également “My Generation” des Who et “I Wanna Be Your Dog” d’Iggy Pop. Une manière habile de tenter d’amadouer un public moins jeune que ses fans habituels.

Måneskin confirme son statut de rockeur à Werchter après le buzz de l’Eurovision
©Mathieu Golinvaux

Les plus réfractaires au phénomène ne pourront nier que Måneskin offre un show ultra-dynamique, en place et sérieusement rock. Les plus de 80 000 personnes dans la plaine se laissent séduire. L'ambiance est électrique. La bassiste Victoria De Angelis et le guitariste Thomas Raggi assurent et s'autorisent des allers-retours récurrents dans le public. Ce dernier se permet même un petit solo en plein slam. Les quatre musiciens débordent de sex appeal, tant dans leur jeu que leur attitude. Ils se frottent les uns aux autres, prennent de poses suggestives, jouent à moitié dénudés. Sans jamais tomber dans le too much ou le ridicule. L'été dernier, Måneskin était présent au festival de Ronquières. Leur prestation pouvait, par moments, et légèrement,ressembler à une parodie d'un concert de rock. Les Italiens sont, ici, bien plus sûrs d'eux et en maîtrise. Plus besoin de faire semblant.

Måneskin confirme son statut de rockeur à Werchter après le buzz de l’Eurovision
©Mathieu Golinvaux

Le duo Charlotte Adigéry et Bolis Pupul, l'atout belge de Werchter

Surprise dans la programmation ce samedi. Clairo, autrice-compositrice américaine de 23 ans repérée sur SoundCloud, est remplacée par Charlotte Adigéry et Bolis Pupul. Une excellente opération. Le duo gantois a, en effet, sorti le meilleur album belge de l'année avec Topical Dancer, co-écrit avec Soulwax. Un disque dance et pop ultra efficace qui traite de sujets sociétaux tels que le racisme, la misogynie ou la xénophobie. Sur scène, les deux compères viennent plus que confirmer tout le bien que l'on pensait d'eux. Charlotte Adigéry offre une prestation habitée et absolument convaincante. "Blenda", "Making Sense Stop" et "Ceci n'est pas un cliché" parviennent à animer un public venu par curiosité. Et quel plaisir d'observer les regards interrogatifs des spectateurs, lorsque résonne "Haha" où Charlotte Adigéry rit hystériquement pendant trois minutes.

La classe de Jorja Smith

À côté des propositions rock de la journée avec l'excellente Phoebe Bridgers ou la bête de scène Yungblud, se glisse la figure montante de la soul, Jorja Smith. Son premier album, Lost&Found, sorti en 2018 et certifié disque de platine, lui a permis d'être élue meilleure artiste féminine aux BRIT Awards et nommée aux Grammy Awards. Elle était déjà venue le présenter au festival il y a quatre ans. Depuis, elle a publié l'EP Be Right Back, pour faire patienter ses fans avant son deuxième opus. L'artiste britannique offre une prestation sobre, tout en élégance. On se demande quand même s'il n'y a pas un peu de retenue et de timidité là-dessous. Mais qu'importe, l'autrice-compositrice souvent comparée à Amy Winehouse, Sade ou Lauryn Hill, ravit le public avec ses titres phares "Be Honest", "On My Mind" et "Blue Lights". Quelle voix ! On ne peut qu'être sous le charme.

Måneskin confirme son statut de rockeur à Werchter après le buzz de l’Eurovision
©Mathieu Golinvaux

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be