Elvis, un business qui ne connaît pas la crise: la preuve avec l'ouverture au public de Graceland

Il y a 40 ans, la demeure du King se dévoilait aux yeux des fans et des curieux. Véritable lieu de pélerinage, elle est aujourd'hui la deuxième maison la plus visité des États-Unis. Ni plus, ni moins.

Frank Rousseau et Charles Van Dievort
Elvis, un business qui ne connaît pas la crise: la preuve avec l'ouverture au public de Graceland
©PHOTONEWS

Depuis 1982, Graceland, la célèbre propriété d'Elvis à Memphis, est devenue un musée ouvert au public et, depuis 2006, un monument classé au titre de site historique de portée nationale. Mais tout ne se visite pas, en particulier les chambres de l'étage préservé comme un sanctuaire. C'est aussi là qu'il est décédé. "L'étage de Graceland, même quand Elvis était ici, a toujours été une partie très privée de la maison. Même les amis et la famille les plus proches d'Elvis ne montaient pas à moins d'y être personnellement invités", confesse l'archiviste des lieux. Lisa Marie confirme : "Le tapis est le même. Ma chambre est la même. À l'étage, qui n'a jamais été ouvert au public, se trouvent ma chambre et sa chambre (celle d'Elvis, NdlR.). Elles sont côte à côte. Et un grenier. C'est assez effrayant." Sans compter la tombe du King, celles de ses parents, de sa grand-mère et de son frère jumeau. situées dans le jardin de l'habitation.

Elvis, un business qui ne connaît pas la crise: la preuve avec l'ouverture au public de Graceland
©AFP

Chaque année quelque 600 000 visiteurs se rendent à Graceland. Comptez un peu plus de 3 heures pour visiter tout ce qu’il y a à voir.

Depuis la pandémie, des visites virtuelles sont proposées sur le site Internet de Graceland. Il y en a deux à 130 dollars proposés à l’occasion de la semaine Elvis du 9 au 16 août. Et un Elvis Super Fan Pass à 225 dollars qui permet d’assister aux huit lives virtuels programmés pour l’occasion, avec une ribambelle d’invités annoncés, et une visite spécialement remaniée en compagnie de l’archiviste. À découvrir sur www.graceland.com.

Avec Graceland, Elvis est un business qui ne connaît pas la crise. Pourtant, Priscilla Presley a hésité à franchir le pas, comme elle nous l'avait confié. "Graceland, c'était son havre de paix. Le jour où Elvis est mort, c'est devenu l'attraction touristique n° 1 de Memphis et la deuxième maison la plus visitée des États-Unis - juste derrière la Maison-Blanche. Nous avons résisté, c'est vrai, à l'ouverture de Graceland au public. Il nous a fallu beaucoup de temps pour nous décider. Il faut dire qu'il y avait encore du personnel dans cette maison, puis des impôts sur la succession, des impôts gouvernementaux, etc. Nous avons fini par trouver un accord de licence avec un partenaire stratégique pour nous aider à faire grandir ce musée. Ce partenaire était sur la même longueur d'onde que nous. Graceland a été 'sanctuarisé'. On ne peut rien toucher sans notre feu vert ! C'est une très grosse responsabilité vous savez. Je pense que ce que nous avons fait avec Graceland et ce que nous avons réalisé avec le domaine va probablement au-delà de ce dont Elvis aurait rêvé de son vivant. Sa maison est, croyez-moi, en bien meilleur état qu'à l'époque où nous vivions dedans. Elvis serait très fier du travail accompli, notamment pour le merchandising. De son temps, il y avait bien toute une gamme de produits dérivés mais ils n'étaient pas très bien gérés et surtout pas de bonne qualité !"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be