Le dj français Feder a annulé en dernière minute mais le premier soir du festival n'en a pas été moins festif.

C'est sans le dj français Feder, tête d'affiche du vendredi, que le festival de musique du monde s'est ouvert vendredi soir à l'abbaye de Floreffe. A 23h45 côté cour, c'est le dj belge Henri PFR qui a assuré au pied levé, prévenu la veille au soir, tard. L'ambiance n'en a pas souffert pour un sou. Il faut dire que la pluie s'était arrêtée quelques heures plus tôt, laissant les festivaliers profiter des concerts qui ont, du coup, démarré avec assez bien de spectateurs dans l'après-midi.

Du côté des campings, la pluie a bien embêté les usagers, empêchant les motorhomes d'accéder au camping familial tandis que le camping festif affichait complet. Complet c'est aussi ce qu'affichait la billetterie pour le pass de trois jours et les tickets pour samedi et dimanche. Certains recherchaient encore des places alors que le festival avait déjà démarré.

Outre ses scènes musicales, Esperanzah c'est aussi le village des artisans (où le commerce se veut équitable), le village des possibles (où les associations peuvent relayer des messages altermondialistes dans une ambiance festive et refaire le monde en buvant un verre) et le village des enfants (très apprécié des parents avec ses animations, jeux et spectacles dans le calme).

Esperanzah, on y vient surtout pour l'ambiance, pas toujours pour les têtes f'affiche .Ainsi les soeurs israéliennes d'A-Wa ont-elles attiré pas mal de spectateurs d'entrée vendredi. Fugu Mango a pris le relais tandis que la a légende du reggae, Lee "Scratch" Perry, a séduit même les plus réfractaires aux rastas.Le soir, c'est Emir Kusturica et son band qui ont mis l'ambiance avec son rock rock qui allie la folie des orchestres balkaniques et la culture de la musique tzigane. Ultra bruyant, joyeux et festif.

Suivront samedi et dimanche Manu Chao La Ventura, Bigflo & Oli, Rone, Patti Smith, Odezenne ou encore Dub Inc pour de belles soirées en perspective.