"Ce disque, c’est une question de vie ou de mort", confiait-il. Cinq ans après sa mort, sa sœur Julie et sa maman Elisabeth concrétisent le rêve de Guillaume. Avec un album intitulé Post Mortem, attendu chez les disquaires le 25 novembre. "Il a toujours voulu faire un album qui s’appellerait ainsi", explique Julie Depardieu. Avant de préciser : "Nous aimerions une première diffusion à la radio le 13 octobre pour les cinq ans de sa disparition."

Faisons l’amour, dont les paroles ne devraient pas laisser indifférent ("Viens, blottis-toi/Tailladons-nous et suce-moi/Punissons-nous, viens / Déchirons-nous, faisons-nous mal/Faisons l’amour"), pourrait ouvrir le bal radiophonique. À moins que la famille ne choisisse un air plus sombre, Je mets les voiles, dans lequel il chante "Je préfère crever plutôt que d’être une source à ta souffrance".

Renaud Letang a passé une année à mettre en musique les maquettes, à habiller la voix de Guillaume Depardieu. "Ce projet est symbolique, il tient très à cœur à la famille", explique-t-on chez Cinq7, le label qui produit Post Mortem"C’est presque un disque-thérapie pour eux, ils s’y sont tellement accrochés."

Un bel hommage à un artiste à part, un écorché vif qui avait encore beaucoup à offrir, et pas seulement musicalement.