Sa chanson Allô le monde ! a envahi les ondes. Avant que la demoiselle n'investisse les coeurs

BRUXELLES Il a suffi qu'elle pointe le bout de son nez sur le plateau de Marc-Olivier Fogiel pour que Gad Elmaleh la repère. Il a suffi qu'elle entonne Allô le monde ! pour que Christophe Maé, de passage à la braderie de Lille, vienne lui fredonner sa chanson dans l'oreille. Comme il a suffi qu'elle déboule dans une émission de télé consacrée à Dany Boon pour que les deux enfants du pays se découvrent. Elle est comme ça, Pauline : sa simplicité, sa gentillesse et son talent parlent pour elle. Ajoutez-y sa beauté et vous comprendrez qu'ils craquent. Qu'on craque. Au téléphone, sa voix essoufflée (elle sort d'une radio et fait une TV ce soir) mais enjouée nous commente quelques titres...

Quand vous appelez Allô le monde !, il vous répond quoi ?

"Il répond Présent ! Je suis assez soutenue, un peu partout. Ça a commencé dans le Nord parce que je suis une enfant de là-bas, mais maintenant c'est bien partout ! "

Pour continuer à paraphraser vos titres de chansons, vous pouvez dire aujourd'hui Je vis ma vie ?

"Oui ! Faire de la musique, c'est ma vie. Je suis gâtée : j'ai un public, en plus. C'est beaucoup de travail, mais je crois que je dois avoir une bonne étoile, quelque part ."

Quelle est la dernière fois où vous vous êtes dit Ce n'était pas mon jour ?

"Hum... Bonne question ! En ce moment, je vous avoue que je vais assez bien et qu'il n'y a pas vraiment de mauvais jour. Alors, qui sait, ça sera peut-être demain ."

Votre côté fragile, vous le cachez où ?

"Dans ma vie privée. Mais si je chante, c'est aussi pour vaincre ça. On a tous des fragilités et de la timidité en soi. "

C'est paradoxal de se mettre au-devant de la scène quand on est timide...

"Je n'ai pas fait d'analyse, mais je pense que c'est pour ça que je fais ce métier, entre autres. Pour vaincre ça. "

L'ordre des choses, parfois, vous aimeriez en changer ?

"Je ne peux pas faire grand-chose à part faire passer des messages... Moi, quand j'écoute de la musique, ça me libère, ça me parle. J'ai envie que les gens s'approprient les chansons et que, eux, se refassent leur monde. Mais bien sûr, j'ai envie que les choses aillent mieux, comme tout le monde. "

Dans la bio qui va avec l'album, on dit "Pauline est libre". C'est facile de le rester ?

"J'y compte bien, en tout cas. Je ne m'entoure pas de beaucoup de monde, si ce n'est des gens de confiance, artistiquement parlant. J'écris, je compose et cela me donne une certaine liberté. Et puis, c'est moi qui suis sur scène et j'ai la chance d'être assez respectée, de par ma formation de pianiste. Donc, les gens m'écoutent et me laissent le libre choix. Il faut surtout bien s'entourer et garder les pieds sur terre ."

Ça nous change, en tout cas, de découvrir une chanteuse tombée de nulle part, qui ne sort pas d'une télé-réalité quelconque...

"Oui, comme quoi c'est encore possible et ça me ravit. Mais je ne suis pas la seule... Pour certain(e)s, ça prend peut-être un peu plus de temps, car je reconnais que j'ai eu de la chance, notamment parce qu'on a cru en moi. Avant moi ! "

Pauline, Allô le monde !, EMI.



© La Dernière Heure 2008