Taylor Swift et les One Direction ont une nouvelle fois raflé les récompenses…

Pour le coup, on ne pourra pas dire que les American Music Awards ont récompensé des intellos ou des groupes qui défendent une musique pointue et confidentielle ! Non, car aux American Music Awards, ce sont les fans qui votent, et c’est le succès commercial des albums qui fait la différence.

Pas étonnant, du coup, qu’une fois encore on retrouve les Britanniques de One Direction et l’indéboulonnable (et pourtant si jeune) Taylor Swift parmi les grands gagnants…

Artiste de l’année, meilleur album et meilleur groupe pop-rock avec leur dernier album, Midnight Memories, les cinq petits gars ont, comme de coutume, affolé les jeunes filles, présentes en masse pour cette remise des prix tant attendue.

Mais c’est surtout la douce Taylor Swift, qui a reçu un prix d’excellence des mains de la légendaire Diana Ross, qui a marqué la soirée, en lançant une nouvelle salve de critiques indirectes contre le service de streaming Spotify.

Après avoir ouvert la soirée en interprétant son dernier single, Blank Space; après avoir chaudement remercié ses fans, elle a tenu à rappeler qu’"en investissant dans la musique et les albums, vous dites […] que la musique a de la valeur et que les albums doivent être consommés et appréciés comme des objets artistiques". Meilleure vente d’album depuis douze ans aux États-Unis, 1989 s’est écoulé à deux millions d’exemplaires aux États-Unis en trois semaines à peine. Dans la foulée, Taylor Swift, 24 ans mais un sens des affaires bien affûté, a retiré tout son catalogue de Spotify, accusant le service à forte croissance de dévaluer la musique en ne redistribuant pas assez ses recettes aux artistes !

Parmi les autres temps forts de la soirée de AMA, on notera encore la prestation de l’amie de Taylor, la prodigue néo-zélandaise de 18 ans Lorde, qui a électrisé le public en dansant comme une possédée tout en interprétant Yellow Flicker Beat, titre phare de la bande originale du film Hunger Games : Mockingjay.

L’autre sensation de l’année, Ariana Grande, a également séduit, en fourreau de dentelle noire, avec une version jazzy de ses tubes Problem et Love Me Harder.

Côté prix, l’incontournable tornade blonde Iggy Azalea est repartie avec les prix de la meilleure artiste et du meilleur album hip-hop, la diva pop Katy Perry avec celui de l’artiste féminine pop-rock, et Imagine Dragon, auteur des tubes Demons et Radioactive, avec celui des meilleurs artistes de rock alternatif.