L’interprète du tube This is the life est de retour, ce soir, à l’Ancienne Belgique.

"J’ai fait une session radio sur la plage , se souvient Amy Macdonald ( Don’t tell me that it’s over ) au sujet de son dernier passage en Belgique . C’était en été mais il faisait quand même un peu froid (sourire) !"

Et pour cause, son dernier album (Under Stars), est à l’image de l’Écossaise de 29 ans tatouée ("certains ont été faits en voyage pour marquer le coup avec des amis mais, sinon, ils n’ont aucune signification particulière, juste pour le fun") dont la voix est souvent comparée à celle de Sinéad O’Connor : pop et joviale.

Ce disque semble être le plus abouti de votre carrière…

"Définitivement plus mature, en effet. Car j’ai pris le temps de le faire, et de ne pas me précipiter comme avant. Je ne peux pas non plus aller plus vite que la musique dans la composition de mes chansons (sourire) ! Ça ne marche pas comme ça et ça prend du temps de trouver l’inspiration, même si chaque album se veut personnel."

Avec votre tube This is the life , une carrière US semblait vous ouvrir les bras…

"C’était possible mais tout le monde n’a pas la chance d’aller en Amérique. Et après avoir collecté des fans en Angleterre, il fallait tout recommencer à zéro. Ce serait génial de performer là-bas mais le soutien que j’ai depuis des années en Europe est tel que je me vois mal les nier ou les abandonner. Cet album est aussi l’occasion de les remercier."

Amy Macdonald aurait-elle craint le symptôme de l’unique tube ?

"Heureusement, je suis déjà à mon 4e album et à chaque fois dans le top 5 en Angleterre. Il y a tellement d’artistes qui rêveraient d’avoir un hit. Le one hit wonder n’ est qu’un concept stupide car ces artistes feront sans doute plus d’argent que tous les autres. L’ industrie musicale aujourd’hui décide de ce qui est cool ou non alors qu’elle devrait plutôt favoriser la diversité."

Avez-vous déjà pensé à tout abandonner ?

"Non car je me sens plutôt chanceuse. Même si j’ai commencé par cette carrière folle, je n’ai pas changé pour autant. Je reste normale et surtout, je ne me suis jamais sentie comme une célébrité. Je peux marcher dans la rue, sans être spécialement reconnue ni même harcelée par des fans. Le plus dur est que comme on se confie fortement dans ses musiques - on met tout dedans -, si on a pas de soutien radio, personne ne sait que vous avez sorti un album et ça, c’est très dur à encaisser. Surtout quand on sait que les radios ne passent aujourd’hui que de la dance music ou de la pop générique. Bref, toutes les radios jouent toujours la même chose. Je ressens que je n’ai pas le même soutien qu’avant, j’ai du coup parfois l’impression d’être fausse ou flouée… alors que c’est naturel pour moi de faire des chansons."


En savoir plus

Under Stars (Universal) et Amy Macdonald sera ce soir à l’Ancienne Belgique à Bruxelles.

Infos et réserv. : livenation.be.