A quelques jours de son concert au Palais 12, Angèle fait le tour des plateaux télé pour parler de son nouvel album.

La réédition de Brol, qui avait été vendu en plus de 500.000 exemplaires, est très attendue par le grand public. En Belgique ou en France, Angèle a de nombreux admirateurs. Elle était sur le plateau de Quotidien, en compagnie de Yann Barthès, afin de parler de sa carrière, de son image ainsi que de ses nouvelles chansons. "Comme dans tous les métiers. Je ne vous apprends rien en disant que c'est pas tous les jours facile d'être connue. Il y a des avantages. J'ai la chance de vivre dans un monde où je ne vis pas dans la précarité. Je ne peux pas vraiment me plaindre. C'est plus la vitesse à laquelle tout ça a été qui a été difficile à gérer. "

Dans cette interview, Angèle a également reconnu qu'elle s'inspirait de Stromae. Elle se demande souvent ce qu'il aurait fait. "Plutôt en termes de direction artistique", précise-t-elle. "Il n'a fait que des trucs trop bien. C’est hyper difficile de rivaliser mais c’est un bel exemple".

En deux ans, Angèle a été projetée sur le devant de la scène. Mais la popularité ne l'effraie pas. Elle en retient surtout les bons côtés: "La célébrité prend une place importante dans ma vie. Malheureusement ? Non, car il y a plein d'avantages. Par exemple, au restaurant, je n'attends plus avant d'avoir une place, ironise-t-elle. Avant, je devais faire la file. Mais surtout, je remplis des salles et ça c'est génial. C'est le plus important pour moi."

Angèle s'est également confiée sur le sentiment qui l'anime quand elle écrit ses chansons: "L'avantage pour moi quand j'écris des chansons, c'est que c'est un vrai exutoire. C'est une manière de mettre des mots. A travers des phrases j'ai du mal. Je n'ai pas une bonne élocution. Je parle très vite, j'articule très mal", affirme-t-elle. Avant de poursuivre: "Quand j'ai commencé à écrire, je ne pensais pas que mes chansons seraient autant écoutées. La satisfaction est venue quand j'ai compris que les gens se racontaient mes histoires et elles devenaient les leurs. C'est très gratifiant et rassurant de pouvoir raconter des choses très intimes et de recevoir des messages de personnes que je ne connais pas qui me remercient et me racontent leurs histoires. En concert, quand je vois les gens vivre la chanson, je me demande quelle est leur histoire par rapport à la chanson."