"Roméo Elvis a annoncé jeudi la sortie de son nouveau son, intitulé "T P A". Sur Instagram, le rappeur belge a également précisé que le clip sortirait vendredi midi.

Son retour sur la scène musicale survient après plusieurs mois d'absence, passés à travailler en studio. S'il a été contraint de se faire plus discret, c'est parce que le Bruxellois a été mis en cause par une jeune femme dans une affaire d'agression à caractère sexuel. Le chanteur, qui avait reconnu les faits, s'était publiquement excusé et avait expliqué "regretter sincèrement ce geste". Il avait toutefois été lâché par plusieurs sponsors et par certains autres rappeurs.

Le nouveau single de Roméo Elvis annonce un album à paraître en juin prochain. Le rappeur s'est entouré de beaucoup de monde pour produire ce titre. BBL, Todiefor, Vladimir Cauchemar et Vynk sont derrières les manettes, rien que ça. Voilà qui contraste avec le comité restreint qui a donné naissance au EP Maison sorti l'an dernier.

Musicalement, Roméo Elvis propose un morceau pop et mélodieux basé sur le thème qu'il faut accepter l'imprévu parce qu'il est indomptable. On l'entend chanter: "Je n'arrive pas à descendre/Le stress m'étrangle/Maintenant que je suis au sommet, je ne peux que tomber/Et le diable serait comblé/Sentiment étrange/ C'est comme si on dispersait mes cendres/Maintenant que je suis au sommet je ne peux que tomber/ La fin de la prophétie se complète". Il termine par ces mots: "Tout peut arriver mais rien n'est grave".


Deux heures après sa mise en ligne, le clip de ce nouveau single affichait déjà près de 36000 vues. 3'33 qui semblent faire l'unanimité chez les fans. "Je sais pas quoi penser du clip mais le son est fou bordel", commente l'un d'eux. "Très lourd tout ca !", ajoute un autre.

Autre sujet qui fait réagir ses aficionados: la signification de "TPA". L'un deux suggère "Dispositif d'allumage d'une charge explosive", une définition qui semble provenir du dictionnaire. Un autre avance "Trouble de la personnalité antisociale". La réponse se trouve plus probablement dans la chanson elle-même où il répète que "tout peut arriver"