Nous avons assisté, en exclusivité, aux derniers réglages de son troisième concert anversois

ANVERS Entrer dans un Sportpaleis quasi vide est déjà impressionnant. Savoir que, dans quelques instants, Céline Dion montera sur scène pour répéter avant sa représentation du soir ajoute une petite couche à l'excitation générale. Avant l'arrivée de l'une des plus grandes voix... du monde, musiciens et choristes opèrent leurs derniers réglages. La chorégraphe, très jeune, donne ses ordres à la petite troupe de danseurs. Les filles sont en survêtement de sport mais perchées sur des talons, histoire de prendre le pli pour le concert. Les lumières partent dans tous les sens, ça clignote, un spot nous éblouit, nos tympans sont malmenés (ça résonne une salle vide !)... Et enfin, avec presque une heure de retard (elle loge à Bruxelles et les embouteillages, c'est pour tout le monde), Céline fait son entrée. Talons vertigineux, robe estivale, chignon parfait et lunettes de soleil sur le nez, l'un de ses premiers gestes (un pouce levé en souriant) sera pour la poignée de chanceux qui ont pu assister à ces répétitions, qu'on appelle plus communément le soundcheck.

Très vite, elle se concentre, empoigne le micro et évoque un problème de succession de chansons. Et si on en inversait deux ? "Mouais, pas fan", dit-elle, avec un accent nettement plus marqué qu'à l'accoutumée. À croire qu'elle fait attention en public... Elle débute Taking Chances. S'interrompt pour lancer un "Hello mon amour", à son fils, René-Charles, qui fait de la trottinette, les cheveux au vent, entre les gradins et reprend comme si de rien n'était. Elle tente d'autres petits bouts de chansons (Un autre monde, Je sais pas...), en arpentant la scène de long en large. Attentive à ce qui se passe dans son oreillette (mauvais retour du son, trop de craquements...), elle est dans une bulle et nous colle des frissons.

Céline n'est pas maquillée, ou à peine. Elle ne grimace pas. Elle fait ce qu'elle fait de mieux : chanter, tout simplement. En une demi-heure, parce que le timing c'est le timing, même si la star n'a pas l'air tout à fait satisfaite, l'affaire est pliée. Les premiers fans sont déjà prêts à envahir la salle. Elle lève le bras, lance un "Bye tout le monde" à la ronde et on est prié de quitter la salle. Céline, elle, y reviendra dans quelques heures, tirée à quatre épingles et ultrapro. Comme d'habitude...



© La Dernière Heure 2008