Après son single “Ma génération” sorti le premier janvier, comme pour conjurer le sort et oublier au plus vite cette sinistre année 2020, Pascal Obispo nous avait donné rendez-vous ce vendredi 8 janvier pour une surprise. Annoncée à grands renforts de vidéos et de messages en forme de décompte sur les réseaux sociaux depuis des jours, comme les fans, nous nous demandions ce qu'il allait sortir de son chapeau. Mais pas grand-chose, pour ne pas dire rien, n’avait filtré. Nouvel album sorti de nulle part? Livestream exceptionnel au casting de malade? Comédie musicale Covid friendly d’un nouveau genre? Avec lui, on le sait, il faut s’attendre à tout. Mais cette fois-ci, il faut bien le reconnaître, il a fait très fort et déjoué tous nos pronostics.


Ce vendredi matin, l’interprète de “Tombé pour elle” a lancé Obispo All Access, une application disponible dès aujourd’hui sur l’Apple Store et Google Play à travers laquelle il va littéralement abreuver ses fans jusqu’à plus soif. Ce n’est pas un festin d’Obispo qu’ils vont pouvoir faire mais une véritabble orgie. Ils pourront “binger” du Pascal Obispo pendant la nuit des temps tellement il y aura des contenus à consommer. 

Tous les albums publiés par le chanteur depuis ses débuts seront bien sûr disponible sur cette plateforme. Mais aussi des enregistrements studio inédits ou uniquement réservés à All Access, des lives jamais commercialisés, tous ses clips, des documentaires en tous genres. Il y aura même des cours et des master class, histoire de devenir incolable sur le chanteur et ses créations.

© D.R.

Gratuit et payant

La liste est de ce qui est accessible dès ce vendredi 8 janvier est déjà des plus impressionnantes. Mais chaque vendredi, Pascal Obispo promet d’enrichir encore sa plateforme avec des créations nouvelles et originales. Tout cela sans compter les surprises qu’il ne manquera pas de livrer de manière aléatoire indique le communiqué qui accompagne ce lancement.


Cerise sur le gâteau, l’ensemble du catalogue déjà commercialisé est immédiatement accessible gratuitement pendant un certain temps - sans précision quant à la durée -, tandis que les nouveautés le seront moyennant un abonnement annuel dont le prix équivaut à celui d’une place de concert, pas plus. Autant dire que ce 8 janvier 2021 est synonyme de jour de fête pour les fans. Parce que le projet n’a rien de temporaire. Dans sa communication, l’artiste indique bien qu’il entend s’inscrire dans la durée avec ce projet. Il est question d’années.

Dans les pas de Neil Young

Sur le papier, l’affaire rappelle des archives de Neil Young que le Loner mène à bien sûr la Toile depuis quelques années maintenant. Neilyoungarchives.com propose gratuitement d’accéder quotidiennement à un album et à une chanson du jour, de prendre connaissance d’articles écrits par le Canadien, de se balader dans d’autres archives et la ligne du temps qui retrace dans les moindres détails sa carrière. Pour 19,99 dollars par an ou 1,99 dollar par mois, c’est son catalogue musical en haute définition qui s’ouvre à vous, de même que des livesterams exclusifs, des inédits et des raretés, des playlistes , des contenus vidéos, inédits eux aussi, de même que des préventes de tickets de concerts avec les meilleures places, etc.


Des inédits à gogo

L’esprit d’Obispo All Access est le même mais le Français semble faire un pas de plus et s’approcher de ce que l’on pourrait appeler un Netflix musical tant la variété des contenus est grande. Il y a bien sûr de la musique à gogo sur la plateforme. Tous les albums et clips déjà parus, on l’a dit. Mais aussi Electrobispo, un album contenant douze titres inédits, dont “Ma génération” dévoilé en radio le premier janvier; le clip inédit d’ “Obispose” extrait de ce même album avec en plus son making off, tout comme celui de “J’ai compté” dont le single est sorti l’été dernier mais jamais commercialisé.

Ce n’est pas tout. Toujours sur le plan strictement musical, deux titres inédits de l’album Obispo Traditions sont d’ores et déjà en ligne, les autres vont suivre dans les semaines à venir. Idem pour deux chansons, inédites elles aussi, de l’album Standards 80. Et quatre d’un album remix d’Electobispo qui en comptera huit, réalisé par James Gravity, co-compositeur de l’affaire.

À tout cela s’ajoutent des contenus vidéos en veux-tu en voilà: l’enregistrement live de Captain Samouraï Flower, tant en audio qu’en vidéo, des documentaires sur les tournées, un concert au festiival Aluna et des making off du projet Captain Samouraï Flower, des interviews inédites concernant des chansons, des podcasts qui en retracent l’histoire ou évoquent des rencontres avec des artistes, des prestations en télévision, des questionnaires de Proust, des karaokés, etc.


Des séries, des films et une bande dessinée

Mais le plus surprenant est encore à venir. Ça commence par Obispology, un documentaire sur les premiers épisodes d’une série sur la carrière de Pascal Obispo et la fabrication d’Obispo All Access. On poursuit avec un premier film de 2à minutes d’une série de sept consacrés à la méditation Zen. Suit une série animée en 26 épisodes réalisée par Mark Maggiori, avec la voix de Xavier Dolan. Les trois premiers épisodes doivent être disponibles dès le lancement de l’application. Sans oublier une bande dessinée pour les enfants consacrée à l’enfance de Capptain Samouraï Flower qui donnera plus tard lieu à une nouvelle version de l’album en question enregistré cette fois par des enfants.


Enfin, et parce qu’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ou ses proches les plus proches, il y a aussi une émission présentée par Julie Hanston qui n’est autre que l’épouse de Pascal Obispo qui sera, vous l’aurez compris son premier invité, avec une interview à la clé.

La voie du salut pour les musiciens?

Obispo All Access ne propose pas une déferlante de musique mais un tsunami de contenus. Et à y regarder de plus près, ce raz-de-marée doit donner des sueurs très froides aux grandes maisons de disques, les fameuses Majors. Car l’idée pourrait en inspirer d’autres désireux, comme lui, de s’affranchir des structures conventionnelles de l’industrie musicale, mais aussi de trouver une échappatoire à la situation vécue actuellement. Privés de concerts en raison de la pandémie, les musiciens se meurent puisque cela fait bien longtemps que les ventes de disques ne représentent plus rien ou presque. Et que les revenus du streaming sont loin de compenser le manque à gagner.