Avec Studio 2054, Dua Lipa promettait un spectacle sans pareil à ce jour. Privée de tournée en raison de la crise sanitaire mondiale, la jeune Britannique de 25 ans trépignait d’impatience à l’idée de pouvoir dévoiler ses interprétations des titres de Future Nostalgia, son remarquable album sorti en début d’année. À l’époque, nous écrivions qu’elle posait les bases de la pop des années 2020, ce qui n’a pas été démenti par la suite. En témoignent ses six nominations aux Grammy Awards, le succès du disque et de tous les singles qui en ont été extraits, de même que les collaborations qui ont ensuite agrémenté les rééditions, qu’il s’agisse de la version française avec Angèle, de la version internationale ou des remixes auxquels même Madonna, reine de la pop s’il en est, a voulu contribuer.

Le légendaire Studio 54

Studio 2054 a-t-il tenu ses promesses ? Oui… et non. Dua Lipa l’avait annoncé, son show tiendrait plus de l’émission de télévision ou du long clip vidéo. Sur ce point, le contrat est parfaitement rempli. Une heure durant, elle a livré ses tubes dans sa version rêvée du Studio 54, légendaire discothèque new-yorkaise de Broadway célébrée en son temps – les années 70-80 - comme étant la plus grande boîte de nuit de tous les temps.

Décors et costumes rappellent les années disco ou les Eighties avec les néons flashy, les danseurs et danseuses circulant en roller, etc. Tout est chorégraphié au millimètre. C’est impeccable. Presque trop. Mais l’efficacité est là. Dua Lipa est impériale dans son rôle de maîtresse de cérémonie. La voix est là, l’engagement aussi. Le rendu, lui, rappelle clairement la mythique émission Top of the Pops qui, de 1964 à 2006, a fait le bonheur de la BBC et reste à ce jour le rendez-vous à la plus grande longévité proposé à l’écran par la vénérable institution britannique.

Pas de blabla

Pas de répit, pas de blabla, tout s’enchaîne à la perfection. “J’ai toujours eu de la fascination pour le Studio 54, même si je ne l’ai vu qu’à travers des images et des documentaires, indiquait la Britannique lors des interviews qui ont précédé la diffusion de son spectacle. J’ai l’impression qu’il s’agit d’un moment charnière de la culture pop. C’était un mélange tellement hétéroclite de personnes, de personnalités et d’énergies différentes. Grace Jones, Elton John, Liza Minnelli et tout le monde était juste là à traîner ensemble. Je voulais recréer ça de manière moderne.” Sur ce plan, c’est mission accomplie. Le tout étant truffé de référence aux années 70, 80 et 90. Abba s’invitant même sur le final comme un clin d’œil adressé à Madonna.

Une performance

Comme le fait remarquer le Guardian, tout paraît être chanté en direct et il n’y a pas un couac à déplorer, ce qui n’est pas un mince exploit souligne le quotidien, tant Dua Lipa enchaîne les chorégraphies. Une telle performance sur une scène traditionnelle serait remarquable, note le journaliste. On ne peut que suivre son constat.

La musique est aussi, selon nous, interprétée en direct mais c’est difficile à certifier. Car si le rendu de Studio 2054 est excellent, on ne se retrouve pas immergé dans un spectacle live à proprement parler. Sur ce point, le contrat n’est pas tout à fait rempli. Mais Dua Lipa a au moins eu le grand mérite d’avoir essayé autre chose que ce que l’on a l’habitude de voir depuis que les concerts sont interdits.

Miley Cyrus et Elton John par procuration

Et les invités, direz-vous ? La Britannique avait fait miroiter un casting flamboyant. Là aussi, elle a tenu parole mais pas tout à fait comme on s’y attendait. Miley Cyrus et Elton John étaient annoncés. Ils étaient bien de la partie… mais en vidéo. La première à travers le clip du single “Prisonner”, le dernier en date de Dua Lipa. Le second via une interprétation filmée de “Rocket Man”. Le chanteur colombien de reggaeton J Balvin était lui aussi de la partie par écran interposé. Déception, même si l’on imagine que la pandémie a probablement dû entraver les plans échafaudés initialement.

D’autres étaient par contre bien présents. C’est le cas de The Blessed Madonna, DJ au look instantanément reconnaissable qui officie sur la version remixée pour les clubs de Future Nostalgia, et de Buck Betty, autre DJ.

© INSTAGRAM/@PIXIELEVINSON

Le clou du spectacle, c’était incontestablement la présence de Kylie Minogue et d’Angèle. Dua Lipa ne cesse de le répéter, l’Australienne est son idole absolue et celle-ci était manifestement très heureuse d’être de la partie. D’autant que son univers s’est parfaitement intégré au concept de la Britannique. Rappelons que le bien nommé Disco, le petit dernier de Kylie, fait parler la poudre dans les charts en ce moment. Il a même offert à la chanteuse un record, celui d’avoir obtenu un numéro 1 au Royaume-Uni pendant chacune des cinq dernières décennies.

Angèle comme invitée phare

Quant à Angèle, elle avait une place très particulière dans Studio 2054. Prmière guest à avoir été annoncée, elle est aussi la seule à avoir eu droit à une interprétation en compagnie de Dua Lipa sans personne autour d’elles. Le tout dans un cadre différent des autres, à savoir non pas le décor d’une boîte de nuit mais celui d’un intérieur cosy.

© INSTAGRAM/@PIXIELEVINSON

Entre la Belge et Dua Lipa, il se dégage bien plus qu’une relation professionnelle. On sent qu’une véritable complicité est née entre elles. En atteste la vidéo du tournage du clip qu’Angèle a posté sur son compte Instagram. Même si la chorégraphie qu’elles ont effectuée sur “Fever” était aussi précise que pour le reste du spectacle, les regards échangés et les petits gestes ne trompaient pas.


Adoubée

Angèle avait déjà été invitée dans la cour des plus grands. C’était en avril dernier, lorsqu’elle est apparue dans le casting de One World : Together at Home, le concert virtuel organisé par Lady Gaga. Cette fois-ci, sa présence dans Studio 2054 tient de l’adoubement. Car le show de Dua Lipa bénéficie d’une diffusion mondiale et que sa présence dans le casting très select de la Britannique lui accorde une place toute particulière. Un signe ne trompe d’ailleurs pas. À la fin de la retransmission, Dua Lipa, Kylie Minogue et Angèle se retrouvent quelques instants à trois pour danser.


Malgré ses défauts, Studio 2054 nous a procuré un bon moment. Une fois encore, reconnaissons le mérite de Dua Lipa qui tente autre chose en cette période si difficile pour les artistes. Elle n’a certes pas trouvé la formule magique pour le futur des spectacle en temps de Coovid, mais au moins elle essaye et se pose si pas en patronne de la pop actuelle, en rang utile pour le devenir.