Backstreet Boys: "Bien sûr, Kevin nous manque !"

Musique

Propos recueillis par Ch. Vanbever

Publié le

Backstreet Boys: "Bien sûr,  Kevin nous manque !"
© BAUWERAERTS

Le Boys Band était en concert à Forest National dimanche


Regardez la vidéo du concert


BRUXELLES Ils ne sont pas peu fiers de leur 15 ans de carrière, les Backstreet Boys. Seraient-ils réellement Unbreakable (incassables), comme le laisse entendre le titre de leur dernier album ? À voir, dimanche soir sur la scène de Forest National, les quatre boys de ce band américain - orphelin de son membre le plus âgé, Kevin, qui a préféré se consacrer à sa vie privée -, on est forcé d'admettre que des mecs comme ça, la pop music n'en fait plus. Et on se sent gagné d'une belle nostalgie des années 90...

Car les Backstreet ont beau avoir mûri (ils ont aujourd'hui entre 27 et 34 ans), ils n'ont pas jeté aux orties ce qui a fait leur succès et fait fondre des millions de jeunes filles à travers le monde : leurs jolies voix (très agréables sur des slows certes mièvres mais efficaces comme As long as you love me ou Incomplete) et leurs chorégraphies maîtrisées, de l'ouverture sur un ring de boxe avec Larger than Life au très attendu préfinal Everybody. Et puis, comme nous le confie A.J., le tatoué sympa du groupe - qui offrira d'ailleurs durant le show un entraînant morceau punk de son cru, extrait d'un album solo à venir -, si la magie des Backstreet opère toujours (mais dans une moindre mesure), c'est parce que ses membres sont "tous différents". Et qu'ils se différencient sur scène (ne serait-ce que vestimentairement). Nick (Carter), l'attrape-fille médiatisé, est sexy et surexcité - et limite incontrôlable -, le sage Brian (malheureusement un peu malade dimanche) fait office de bon élève, tandis qu'A.J. incarne le rebelle aux airs de rockeur (impressionnant quand il s'agit d'opérer quelques pas de danse) et Howie compte sur son charme latino pour capter l'attention de la salle.

Au final, les BSB peuvent se targuer d'être LES survivants d'un genre. Un genre qu'ils exploitent toujours avec, certes, des chansons (comme Any Other Way ou Helpless when she smiles) très efficaces, mais qui sonnent parfois un peu trop mielleux. Peu importe, certains semblent prêts à suivre le groupe pendant encore 15 autres années. Comme s'en réjouit d'ailleurs A.J., à quelques heures du show...

Depuis vos débuts, vous avez bien sûr mûri, mais le groupe est-il différent aujourd'hui ?

"Je crois que ce qui a plus changé, c'est la façon dont on est les uns avec les autres. Il y a une nouvelle forme de respect entre nous. On a appris qui on était individuellement et au sein du groupe. Ces gars, c'est ma famille, en dehors de ma vraie famille. Ce sont mes frères depuis 15 ans."

La relation avec vos fans semble aussi avoir évolué...

"Absolument... Maintenant, nos fans viennent avec leurs époux. Certains ont des enfants. Les fans donnent naissance à une nouvelle génération de fans ! Et puis, on reconnaît aussi des visages dans la foule. Des filles qui nous suivent depuis nos tout débuts. Il se peut que parfois nos fans soient un peu excitées, mais c'est parce qu'elles ne savent pas quand elles nous reverront. Il est arrivé que certaines se faufilent dans les loges quand on s'habille..."

Vous avez des nouvelles de Kevin depuis qu'il a quitté le groupe ?

"Il est venu nous voir avec son fils. Il a l'air heureux. Je crois que ça lui manque d'être sur scène, et qu'on lui manque aussi. Bien sûr, il nous manque aussi. Et s'il appelle pour revenir, il sera le bienvenu !"



© La Dernière Heure 2008

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info