Du haut de ses 22 ans, Bastian Baker a déjà un album à succès et quelques millions de fans derrière lui. Le Suisse passera beaucoup de temps en Belgique, dans les mois à venir, puisqu’il sera l’un des coachs de l’émission The Voice Belgique. Il sera également fort occupé par une tournée. En attendant, et pour ne pas se reposer une seconde, le jeune homme sort un deuxième album intitulé Too old to die young.

Vous n’êtes pas très âgé. Pourtant, vous affirmez que vous êtes trop vieux pour mourir jeune…

" J’ai lu cette phrase, Too old to die young , dans un club en Allemagne. Elle m’a fait beaucoup réfléchir. C’est vrai que, dès notre naissance, on est trop vieux pour mourir jeune. À 60 ans, on est encore jeune. Pour moi, cette phrase est une manière de donner moins d’importance au temps qui passe. À mes yeux, ce qui est important, ce sont les instants vécus, les sentiments, les rencontres. Pas les minutes et les heures."

Comment avez-vous préparé ce deuxième album ?

" Ce sont des chansons que j’ai écrites entre mes 19 et mes 21 ans. Nous les avons enregistrées en Angleterre, dans un studio où on était vraiment isolés, on a passé des jours en immersion, à faire de la musique durant des heures. Je pense que cela donne un côté très spontané à cet album. D’autant que j’aborde toutes sortes de thèmes. Autant le premier album était une introspection, autant, dans celui-ci, je suis spectateur de la vie."  

On vous voit beaucoup en Belgique…  

" J’adore ce pays. Sans démagogie. Les gens sont sympas. Le public belge est fantastique. Après, il y a sans doute des côtés que je ne connais pas. Mais ce que je connais me plaît vraiment. Je ne vis pas en Belgique mais je vais y être de plus en plus…"  

Pour The Voice, par exemple ?

" Par exemple (rires). J’avais joué à la finale, l’année dernière. Et j’avais trouvé l’ambiance géniale. Je me suis dit que si c’était aussi cool à la finale, cela devait être au moins aussi bien le reste de l’année. Je ne m’attendais pas à être sollicité. Je suis dans d’autres projets, ma tournée. Mais ça va me permettre de découvrir autre chose. On me reproche d’être trop jeune pour être coach. Quand on me parle de ma jeunesse, je réponds : Je ne connais personne qui serait assez con que pour refuser une telle chance sous prétexte qu’il est trop jeune. Je me réjouis vraiment de cette participation. Même si, je me connais, je suis très sévère.

Bastian Baker, Too old to die young, en vente dès le 7 octobre.