Il publie un livre sur son ex-groupe

BERLIN A 66 ans, Bill Wyman ne cultive toujours pas la nostalgie. Dix ans après avoir quitté les Rolling Stones, pour lui, la page est tournée. Mais les livres restent à écrire. A Berlin, il est venu présenter Rolling with the Stones, son journal intime basé sur ses expériences personnelles, les coulisses des concerts, le décès de Brian Jones en 1969, la drogue, les relations avec les groupies et les disputes parfois violentes.

`Personne ne faisait cela dans les autres bands à l'époque, a-t-il expliqué. Personne. Tout le monde pensait que j'étais fou, ou stupide. Aujourd'hui, ils ne pensent plus que j'étais idiot. Ce sont des informations très valables. Et tout le monde les garde désormais précieusement.´

Loin de régler ses comptes, Bill Wyman entretient toujours de bonnes relations avec les autres musiciens. `Nous sommes restés bons amis. Charlie Watts m'appelle souvent pour me dire: On était en concert ce soir et j'ai tourné en rond pour te parler mais tu n'étais pas là. Reviens.´ Un come-back qu'il n'exclut pas totalement en précisant qu'il espère revoir ses potes quand ils reviendront en Angleterre pour parler de leur show. `Une dernière fois ou quelque chose comme ça...´ lâche-t-il énigmatique.

Il se montre plus clair pour dénoncer l'industrie du disque: `S'ils se créaient aujourd'hui, les Rolling Stones n'auraient aucune chance. Ils seraient trop différents. Désormais, c'est complètement fermé à deux ou trois styles de musique. Si vous ne vous inscrivez pas dans le moule, les maisons de productions ne vous signent pas et vous ne passez pas à la radio. Les Stones n'y arriveraient donc pas.´

© La Dernière Heure 2002