Leurs chansons servent de base à une comédie musicale interprétée par une chorale anversoise

ANVERS C'est un spectacle qui sort résolument des sentiers battus qui se jouera, du 2 au 5 octobre, à Anvers. 60 choristes et 10 musiciens sur scène, 60 personnes en backstage, plus de 200 costumes, une scène de 750 m2.. Le tout pour une comédie musicale, Amalgama, composée de 17 chansons de Jean-Jacques Goldman et de 6 titres de Brel.

Derrière ce projet hors norme, un homme, Xavier Le Clef, directeur de la chorale Otche Nach. "Cela fait six ans que l'on donne des concerts de plus en plus mis en scène" , explique-t-il. "Finalement, il y a trois ans, je me suis lancé dans l'écriture d'une comédie musicale. J'ai imaginé une histoire et on a ensuite regardé quelles chansons permettraient de la raconter."

Le mélange de Goldman et de Brel peut étonner au premier abord. Mais, pour Xavier Le Clef, ils ne sont pas si éloignés que ça. "C'est vrai qu'ils ont des univers différents, mais au niveau poétique, ils pourraient être père et fils !"

Pour les représentations, notre chorale a décidé de se produire au Stadsschouwburg d'Anvers, une salle de 1.800 places qui présente l'avantage d'avoir une des scènes les plus grandes d'Europe. Ce qui était indispensable au regard des tableaux qui seront mis en scène. "On a déjà vendu 5.000 places. On joue au profit de SOS Village d'enfants. Le spectacle se donnera en français et sera sous-titré en néerlandais sur des écrans. " L'histoire se déroulera en trois actes. Le premier nous plongera en 1583. "Un Roi et une Reine ont un fils qui doit se marier, mais celui-ci préfère épouser une servante plutôt que quelqu'un de la noblesse. Ce tableau donnera notamment lieu à une grande scène de bal. Les deux actes suivants se dérouleront en 1880 puis de nos jours et nous montreront les descendants du prince." Musicalement aussi, l'expérience risque d'être surprenante. "Goldman est très gai à jouer" , explique le batteur, Toto. "Au niveau du rythme, il n'écrit pas de façon traditionnelle. Et sa musicalité est vraiment pointue."

À ce propos, qu'a pensé Jean-Jacques Goldman du projet ? "On a reçu une très gentille lettre de lui" , confie Xavier. "Il a répondu que ça lui faisait plaisir que sa musique soit employée pour raconter une histoire. " Les organisateurs espéraient qu'il fasse le déplacement, mais il ne pourra pas venir. Par contre, Michael Jones devrait assister à une des représentations.

Amalgama, du 2 au 5 octobre au Stadsschouwburg d'Anvers. Res. : sherpa.be ou 0900/69.900



© La Dernière Heure 2008