Musique

"C’est énorme !", balance une fan devant tant de démesures scéniques.

Avec son entrée à la Superman - descente en tyrolienne du haut de sa scène en forme de son faciès - comprenant le brushing parfait, le chewing-gum et la queue-de-pie à paillettes, Robbie a mis le feu au stade Roi Baudouin dès les premières minutes avec son Take The crown stadium tour.

"I’m Robbie fucking Williams", lance-t-il, au public amassé devant lui.

Un stade presque plein à craquer (42.000 personnes) qui chantent, dansent et hurlent au rythme de son répertoire pop et bourres de tubes.

De ses récents morceaux Be a Boy et Candy en passant par Come Undone, She’s The One, Rock DJ ou encore Millenium, Angels et un chaleureux medley intimiste (seul avec sa guitare) il y en avait pour tous les goûts.

Un showman a l’énergie dingue, un vrai singe sur scène (qui se prend au mot en se singeant lui-même sur scène sur Me and My Monkey), qui joue sans cesse avec son public (ou ses musiciens qu’il embrasse) et surtout un lover qui aura emmené sur scène, au sens propre comme au figuré, une jeune groupie dans son lit. "Viens mon amour" lui a-t-il susurré, en français, à l’oreille.

Du Robbie tout craché. Tout comme son "gros pénis" prononce en flamand qui a rendu la foule hilare. Sens inné du spectacle, RW a le chic pour en mettre plein les oreilles et les yeux.

Entre sa sculpture surplombant la scène et trois autres plus petites - l’une laissant s’échapper des ballons vers les cieux, l’autre crachant du feu et la dernière esquissant… une tête de mort - déambulent au cœur du stade telles des têtes mobiles de lui en grandeur plus que nature.

Bref, le clown Robbie , narcissique comme a son habitude, ne se prend pas la tête. "J’ai appris que vous aviez un nouveau roi ? Moi je me verrais bien roi des Belges !"

Hystérie générale dans une ambiance de stade… De foot. Imprévisible, hyperrodé et capable de tout, le chanteur anglais aura confirmé son statut de concert incontournable de cet été.


> À partir du 20 août, Robbie Williams sera dans les salles obscures via des retransmissions live de son concert.