Leur concert d’adieux, vendredi, a été aussi leur meilleur en Belgique

GAND Contrairement à ce que la rumeur laissait entendre, le concert de vendredi n’était pas le tout dernier des Smashing Pumpkins mais bien l’ultime qu’ils donnaient en Belgique. Le groupe de Billy Corgan a encore une poignée de dates (notamment en Grande-Bretagne) à honorer avant de jeter définitivement l’éponge le 2 décembre prochain, au Cabaret Metro de Chicago, le club où ils ont donné leur premier gig voici treize ans.
Cela étant dit, l’émotion était palpable à Flanders Expo où les 13.000 spectateurs ont assisté à une prestation flamboyante des Pumpkins qui a duré près de 2 h 30. Masquée par une épaisse fumée blanche, la formation a débuté sur le mode acoustique avec une version lancinante de plus de dix minutes de Glass and the ghost children, tirée de Machina/ the machines of God, avant d’offrir des interprétations surprenantes et toujours acoustiques de To Sheila, Stand inside your love, Today ou encore Blue skies bring tears.

Après ce hors-d’œuvre intense, Billy/Nosferatu et sa troupe (Melissa Aud Der Maur plus féline que jamais à la basse, James Iha en chevalier blanc à la guitare, Jimmy Chamberlin impressionnant de force derrière ses fûts et le claviériste de Bowie, Mike Garson) sont alors passés à la vitesse supérieure avec un Everlasting gaze aussi martial qu’impérial.
Volontairement chaotique, à l’image de la carrière du groupe, mais jamais brouillon, le set a alterné les moments de pure folie rock and roll (Bullet with butterfly wings, des extraits du dernier CD disponible sur Internet, ou encore cette version postatomique de Fuck you livrée sous un déluge d’éclairs stromboscopiques) avec d’autres plus calmes (Disarm, Tonight, tonight, Thirty-tree), pour se terminer par un déchirant 1979 (interprété à la guitare sèche par tous les membres) et un dernier mot d’adieu de Billy.