Charlotte Gainsbourg vous cloue le Beck

Musique

Basile Vellut

Publié le - Mis à jour le

Charlotte Gainsbourg vous cloue le Beck
© Because

La fille de Serge sort un troisième album: IRM

Beck, grand fan du français


BRUXELLES “Alors, je ne peux pas me promener en string ?”

Avec son sens des us et des coutumes, Arno s’est fait petit dans le studio ICP où Charlotte Gainsbourg avait décidé de donner sa conférence de presse. Pourquoi dans ce studio bruxellois, elle qui a enregistré son troisième album (si on comptabilise, sa gourmandise de jeunesse, Charlotte For Ever de 1986) à Los Angeles avec Beck ? Simplement pour que celle qui a décroché le dernier Prix d’interprétation féminine du Festival de Cannes pour Antichrist de Lars Von Trier se concentre sur la musique. Ce qu’elle fait parfaitement…

Vous êtes vous-même surprise en faisant cet album ?

“Oui, c’était le but de me surprendre ou, en tout cas, de ne pas avoir quelque chose auquel je m’attendais. Je ne voulais pas faire pareil que le précédent. C’est pour ça que j’ai été vers Beck et qu’on a tenté plein de directions différentes dans l’album. Et des styles un peu différents.”

Qui sont ?

“Déjà, lors de la première séance de travail, on a commencé par Heaven Can Wait dans le style pop plus classique puis on a fait In the End qui est plutôt très mélodieux et acoustique et ensuite on a Master’s Hand sur lesquels on est revenus sur ces percussions, ces rythmes africains. C’est la première qu’on a faite un peu comme ça. Il y avait donc déjà trois directions différentes. On a l’impression que Beck peut tout faire, en tout cas, c’est l’impression que j’avais. Qu’il pouvait s’approprier tous les styles et les rendre personnels. Donc je voulais aussi m’amuser. Quand il m’a demandé au départ ce que je voulais, à quoi je voulais que l’album ressemble, quel son je voulais, je n’avais pas d’idée précise. Je voulais tout explorer justement et je pouvais tout me permettre avec lui. Après il y a des chansons qui ne sont pas sur l’album. On a fait une chanson plus disco, on a fait un rap. C’était un peu raté, c’est pour ça que ce n’est pas sur l’album mais au moins je me suis amusée.”

On a l’impression que plus le temps passe, plus vous osez, plus vous êtes à l’aise dans tout…

“Non, pas dans tout. Pour cet album, je n’étais pas à l’aise pour commencer mais j’étais beaucoup plus à l’aise que pour le précédent. Je pense aussi que Beck a tout fait pour que je sois détendue. Cela a pris du temps. Les séances ne se ressemblaient pas, j’étais dans une autre humeur. On jouait avec ça aussi. Il y avait un côté qui faisait qu’il n’y avait pas de pression. On tentait des choses. Et le fait d’être en tête à tête créait une intimité qui me permettait d’essayer des choses, d’être plus détendue. Mais ma nervosité revient constamment. Je lutte un peu avec ça mais ça fait partie de ma personnalité. Je ne pense pas m’être transformée d’un seul coup.”




© La Dernière Heure 2009

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info