Originaire de Lokeren, Chuki Beats fait partie de ces nouveaux talents dont regorge la scène belge.

Nous avons rendez-vous dans son studio situé près de la porte de Hal à Saint-Gilles. Il nous salue chaleureusement avant de nous faire découvrir son antre. Lumières tamisées bleues, odeur de chèvrefeuille, laptop ouvert sur un logiciel de production, l'ambiance est studieuse.

Chuki Beats a démarré la musique à six ans, rêvant de cours de guitare. Il se lance dans la musique et comprend dès son adolescence l'importance des réseaux sociaux dans le développement de sa carrière. Il crée sa première chaîne YouTube en 2013 pour proposer des beats. Quatre ans plus tard, il en lance une seconde où il partage ses clips mais surtout des vidéos sur la production. Des tutos, des secrets, des sessions en studio. Avec plus d'un million d'abonnés cumulés sur ses deux chaînes, le garçon construit sa communauté intelligemment.

Le producteur prend la Belgique dans son entièreté, travaille aussi bien pour des rappeurs néerlandophones (Zwangere Guy, Yung Mavu) que francophones (Geeeko, Frenetik, Krisy). Et s'il regarde vers le sud des Etats-Unis pour puiser son inspiration, c'est avec une touche typiquement belge qu'il construit ses chansons, mêlant les langues et les flows des nombreux rappeurs présents sur son album. Mais c'est en s'ouvrant à d'autres univers et en invitant le pianiste français Sofiane Pamart et la chanteuse belge Charles que Chuki Beats surprend le plus.

Rencontre en vidéo où l'on évoque ses premiers pas dans la production, son processus créatif et ce qui définit sa signature musicale.

INSIDE OUT, Chuki Beats, disponible sur toutes les plateformes de streaming.

En concert le 28 janvier 2022 à l'Ancienne Belgique.