Pendant que son pays était en plein Brexit et la Belgique en pleine tempête, le groupe de pop/rock anglais se produisait dans une Arena bondée de l’Ajax. Déluge de lumières et confettis pour un public au Paradise.

Cinq ans après son passage au Sportpaleis d’Anvers, Coldplay a décidé de ne plus passer par le plat pays pour sa nouvelle tournée mondiale, A Head Full Of Dreams Tour. Mais bien par deux dates archi comble (plus de 65 000 personnes par jour) dans le stade de football de l’Ajax d’Amsterdam, recouvert pour l’occasion, ces jeudi et vendredi. Tout le monde (ou presque) se souvient que le leader Chris Martin s’était quelque peu fait voler la vedette par Beyoncé -avec qui il collabore sur son Hymn for the weekend- lors du dernier Super Bowl aux USA… Qu’en est-il donc lorsque que Queen B n’est pas là (ou Rihanna pour son duo sur Princess of China)?

Entre Cold-pied et Cold-plaie

D’une distribution de bracelets lumineux pour transformer l’arène en reine de beauté (ou en sapin de Noël, c’est selon) qui s’illuminaient au rythme du son du groupe à une caméra flottante dans les airs pour donner une perspective inédite sur grand écran, Coldplay s’est contenté de faire le job. Ni plus, ni moins. Si leur ouverture sur le O mio babbino caro de Maria Callas, le speech du Dictateur Charlie Chaplin en intro de A Head Full of Dreams ou encore l’hommage à Mohamed Ali après Everglow et la reprise du Heroes de Bowie ont eu le mérite de surprendre l’assemblée, le groupe londonien s’est contenté de remplir son cahier des charges et ne va que, malheureusement, rarement chercher son public.

Mais en en mettant plein les mirettes -show laser qui claque, bracelets lumineux qui transforment le stade en Sky Full Of Stars ou encore ces ballons et confettis qui terminent… sur le front de Chris Martin-, Coldplay reste une machine à tubes des plus efficace. Calibré pour les stades (et vu que le Heysel est au stade du… néant: CQFD de leur non venue chez nous?), le groupe anglais s’est aussi fait plaisir en s’illustrant sur trois scènes différentes dont une plus intimiste, au milieu de la foule, sans pyrotechnie.

Leurs Cold-pléthore de joyeuses chansons (Up&Up, In My Place, Adventure of a Lifetime, The Scientist, Clocks, Charlie Brown, Every Teardrop is a Waterfall) fredonnées en choeur -avec des o-oh-oh à gogo- par un public comblé a de quoi redonner le sourire au plus déprimé. Car, avec Coldplay, le monde (qu’il parcourt en vidéo avec ses fans au début de son show) est un Paradise -et son public au septième ciel-, coloré de mille couleurs. Bref, Coldplay-sir en ces temps parfois moroses et Viva la Vida!