Ce fut un véritable plaisir de retrouver un Concours Reine Elisabeth de violoncelle d'un haut niveau, qui s'est ouvert à Flagey le lundi 9 mai à 15h, en présence de la Reine Mathilde. Un public déjà nombreux et enthousiaste était au rendez-vous. Les 66 candidats de la 1ère épreuve devaient interpréter le 1er mouvement "Grave" de la Sonate d'Eugène Ysaÿe pour violoncelle seul, une sonate de Luigi Boccherini et une des 3 oeuvres avec accompagnement de piano: Phantasiestück de Paul Hindemith, Nocturne d'André Jolivet ou les 2 premiers mouvements de Pohádka de Leoš Janáček.
En fin de soirée, ce samedi 14 mai, le Président du Jury, Gilles Ledure, a proclamé les noms des 24 demi-finalistes - dont la Belge Stéphanie Huang - sélectionnés pour la finale.
Notre compatriote sera en compétition avec les concurrents de 15 autres nationalités: 5 Coréens , 3 Allemands, 2 Américains, 2 Suisses, 1 Français, 1 Autrichien, 1 Hollandais, 1 Italien, 1 Estonien, 1 Russe, 1 Ukrainien, 1 Canadien, 1 Japonais et 1 Chinois, soit, 7 femmes sur 20 et 17 hommes sur 48. Les deux aînés ont 29 ans et les deux plus jeunes, 20 ans.

Les candidats marquants   

Le choix des oeuvres imposées par le jury a pu donner à chacun, l'occasion de se défendre. Ainsi, on a pu découvrir des interprétations personnelles et attachantes dans les différents styles.
Parmi les candidats qui ont le plus impressionné, on relèvera, entre autres:
- Le Français Florian Pons (28 ans); dans le Nocturne de Jolivet, il nous livre l'histoire qu'il a imaginée avec une grande intensité et un beau phrasé. Quel interprète et quel son! Il joue comme il respire.
- Le Chinois Yibai Chen (20 ans) dont la sonorité dans la Sonate d'Ysaÿe est profonde; et quelle sensibilité dans l'adagio de la Sonate en ut m. de Boccherini, pour laquelle il a trouvé une expression juste. Son Nocturne de Jolivet est émouvant par le récit dramatique qu'il a construit. Il peut se déchaîner avec une grande maîtrise technique et une grande puissance.
- L'Allemand Samuel Niederhauser (24 ans) nous émeut par de superbes sonorités puissantes et chaleureuses, sans oublier le sentiment dramatique dont il imprègne Pohádka de Hindemith. Son regard est dans un autre monde, dans un rêve étrange. Et cela n'a rien d'étonnant puisque Pohádka est un récit, inspiré d'un poème de Vassili Joukovski (†1852); c'est une oeuvre poignante, dans laquelle le fils d'un Tsar s'aperçoit que le maître des enfers est le père de sa fiancée...
Nous avons été marqué aussi par d'autres personnalité, tels:
- L'Américaine Riana Anthony (29 ans), une artiste, au visage expressif, d'une grande maturité; elle allie, avec bonheur, puissance et vélocité dans l'Allegro de la Sonate en ut m. de Boccherini, qu'elle interprète avec un immense plaisir et une grande précision. Elle a le sens de la dynamique et des contrastes.
- L'Autrichien Jeremias Fliedl (22 ans), qui crée une atmosphère dans le Larghetto de la Sonate en Sol Majeur de Boccherini, où les respirations sont amples. L'Allegro final est joué au maximum du tempo. Quel tempérament et quelle technique brillante!
Dans Pohádka, les nuances, en triples piano, sont de toute beauté. Les phrases chantent. il est habité par la musique et est en communion avec le pianiste.
- L'Allemande Anouchka Hack (26 ans) a le respect du style et un superbe phrasé dans Ysaÿe. Son corps vibre avec son instrument. Dans Boccherini, elle rayonne, en nous livrant son message. Quel sens de la dynamique!
- Le Russe Ivan Sendetskij (25 ans) nous séduit par l'élégance et les phrases expressives dans Boccherini. Il donne d'Ysaÿe, une interprétation intense.
Il interprète de toute son âme, avec musicalité et dans un langage imagé, Pohádka de Hindemith. Il est entièrement dans sa musique.
- L'Américain James Baik (20 ans): quelle sincérité et que de superbes harmoniques dans Ysaÿe; son jeu est raffiné dans l'Adagio de la Sonate en ut m. de Boccherini. Les grands coups d'archet son précis. Dans l'Allegro, il entraîne, avec la fougue de ses 20 ans, son accompagnateur violoncelliste, dans un tempo d'enfer.
Dans Pohádka, il s'imprègne de la partie de piano. On sent qu'il est habité par le récit de l'oeuvre. Quel tempérament de feu!
- L'Ukrainien Oleksij Shadrin (28 ans): dans Boccherini, on peut apprécier son jeu tout en virtuosité, ses belles envolées et une jolie palette de sonorités. Il ressent avec intensité Pohádka d'Hindemith dont il donne une interprétation lyrique.
Bref, que du beau monde pour la demi-finale!
Rendez-vous donc, le lundi 16 mai à 15h, au studio 4 à Flagey, pour la 1ère séance de la demi-finale.