La 1ère édition de l’expérience all in et musicale belge a envoyé en l’air plus de 500 privilégiés dans le cadre idyllique du Club Med de Cargèse.

«Il manquait un festival de quadras et je pense que les festivaliers, ou plutôt les vacanciers, ont vécu une expérience de dingue, se réjouit Arnaud de Koninck, l’organisateur du tout nouveau concept belge du Fly Away Festival, qui s’est terminé ce dimanche. Je ne m’y attendais pas du tout mais on a en plus créé un noyau dur, une fraternité telle entre les festivaliers qu’on a l’impression d’être devenu une famille. C’est la force du Fly Away. »

Et pour cause, celui qui a eu cette idée un peu folle d’un jour inventer le festi-vol (seul événement au monde qui propose un festival de rock/pop/électro en all in inclusive à l’étranger, vols compris, pour 975 euros) a su installer un esprit Fly Away en à peine 5 jours. « Ce n’est pas vraiment un festival, ce sont plutôt des vacances musicales, nous glisse Benjamin, un festivalier de 35 ans. C’est une expérience unique de proximité et de découvertes avec les artistes. On chante, on mange, on boit et on fait la fête avec eux sans prises de tête. Une intimité qu’on ne vit nulle part ailleurs.» Les pieds dans le sable, un cocktail à la main et avec des concerts acoustiques rythmés par le soleil, l’île de beauté n’aura donc jamais aussi bien porté son surnom.

Sea, rock and sun ou quand les Bronzés font de la musique

Entre les bêtes de scène que sont Balthazar, Sharko ou encore Nicola Testa et Hollywood Porn Stars, les 500 festivaliers ont fait la découverte du groupe Ulysse (un trio bruxellois prometteur), du dj Simon LeSaint (claviériste de Stromae en battle avec Mickey et Compuphonic jusqu’au levé du soleil) mais surtout de la charmante Joe Bel, une chanteuse hip pop flamboyante. Si le public a eu l’échappée Bel côté météo (pluie la semaine avant et une petite heure le premier jour du festival), il a trouvé en cette lyonnaise LA révélation du Fly Away. Le dernier soir, cette dernière a même improvisé un beauf avec Bastian Baker sur la plage avec notamment une reprise du titre de Lenny Kravtiz intitulé… Fly Away.

Bref, entre un Sharko qui déconne en acoustique sous l’arbre (« Ça le fait avec les crocs et le short hein? »), un Bastian Baker qui casse une corde et un public qui lui crie alors « Affonne ta bière! » («Aphone? Un comble de le demander à un chanteur » plaisante la star suisse) ou un Hollywood Porn Stars qui fait de l’aquagym dans la mer avec les festivaliers, on retiendra aussi cette affiche surprise (Soldout qui débarque sur… une coupure de courant) et la douce Noa Moon qui dédia sa chanson Paradise au festival (en transformant son On my way to Paradise en… Fly Away to Paradise). « La musique nous fait voyager, conclut la jeune belge de 25 ans. Le Fly Away en est la preuve! »

Note: C’est du belge consacre un sujet sur l’événement dans son émission de ce vendredi sur la RTBF. Toutes les infos pour la prochaine édition sont à suivre ici: http://www.weflyaway.be/