Dans un clip de moins de deux minutes, il décrit avec une infinine justesse notre quotidien et celui de ceux qui sont aux chevets des malades, en première ligne face au coronavirus.

Même si toutes les initiatives ont du sens et sont les bienvenues, dans la pluie d’hommages faits au personnel soignant en première ligne dans la crise du Covid-19, certains se démarquent. C’est le cas d’une vidéo réalisée par le slammeur Narcisse, un artiste suisse intronisé “chef de file” du slam lausannois et lauréat de la ligue du slam de France en 2013.

Produit pour la RTS, la radio et télévision publique suisse romande, son clip commence à se répandre sur les réseaux sociaux telle une traînée de poudre. Il faut reconnaître que Narcisse trouve les mots parfaitement justes pour évoquer notre quotidien confiné et le mettre en perspective avec celui du personnel médical au chevet des malades.

“Et tandis qu’on dort tant/Qu’on en dort même plus/Qu’on lit pour passer l’temps/La Peste de Camus/tandis que nos enfants/Coincés à la maison/Nous font prendre fermement/La bonne résolution/Qu’à la fin du printemps/On fera sans façon/À tous les enseignants/Un bisou sur le front/Parce que l’éducation/Par papa et maman/C’est une sacrée montagne/Eux, ils soignent”, déclame-t-il. Voilà des mots qui doivent parler à la plupart d’entre nous depuis deux semaines.

La minute qui suit est tout aussi forte avec ses rues désertées, ses soirées au champagne qui sont de l’histoire ancienne, ses cons finis qui ignorent les consignes, mais aussi la nature qui “prends enfin du bon temps” avec “Un printemps dans le printemps/Sans avions, sans voitures.”

Et Narcisse termine par ce propos plein de reconnaissance et d’espoir : “Ils soignent/Ils suent/Ils saignent/Ils souffrent/Subissent/Supportent/Suffoquent/Mais sans cesse ils soignent/Et grâce à eux, au final/On gagne”.


La Suisse figure parmi les premiers pays européens à avoir pris des mesures de confinement drastiques quand l'épidémie à commencé en Italie. Dès la fin février, les rassemblements de plus de 1000 personnes étaient interdits dans le pays. La mesure devait prendre fin le 15 mars mais a été prolongée depuis. À ce jour, la Confédération helvétique compte près de 12000 cas confirmés de Covid-19 et 192 morts.